5 questions douces à claude violante

Synthés galactiques eighties, voix cassée caressante et élans suaves : l’univers sonore de Claude Violante fait dialoguer les époques et déjoue les genres pour mieux les réunir. Alors qu’elle s’apprête à sortir son troisième EP Road Race, nous avons posé 5 questions à Camille Petitjean, la relève cosmique et électrique du r’n’b à la française. 

1

Où as-tu puisé ton inspiration pour ton nouvel EP ? 

Pour me guider dans la création de Road Race, j’ai réécouté les vieux albums de Kanye West (Yeesus et My Beautfiul Dark Twisted Fantasy) et quelques pépites old-school, comme les Platters ou des classiques de la folk. C’est un genre qui provoque des émotions basiques qui, à l’image de la pop, peuvent se décliner à l’infini. A travers cet EP, je dévoile une autre facette de ma personnalité. C’est sans doute moins électro et plus urbain, plus r’n’b, dans les mélodies ou la voix. Le morceau U’re The Man qui figurera sur mon EP reflète cette volonté d’être plus directe, engagée et féministe. J’y suis très attachée. 

2

Quel est ton processus créatif ?

Je conçois la musique comme un territoire d’expérimentation. Derrière mes machines et au synthé, je me transforme en savant-fou (un côté geek qui me vient probablement de mon adolescence, je collectionnais les minéraux à l’époque !). J’attends des accords qu’ils m’emmènent dans des territoires inexplorés où l’imagination joue un rôle primordial. Quand je crée, je pense beaucoup à la matière du son. Je l’imagine comme de la mousse végétale, douce et rugueuse à la fois. Ou comme une balade en forêt. J’aime jouer avec les sons et les instruments – ça me permet d’élargir mon propos initial sans basculer dans la soupe. 

3

Si tu devais réaliser la bande-son d’un film, lequel serait-il ? 

J’ai composé des morceaux avec Thomas Carteron pour quelques films. Dans ces cas là, mon approche est plus expérimentale, organique, voire mystique. C’est assez excitant d’imaginer un son en pensant aux images qui l’accompagneront. Si je devais réaliser la bande-son d’un film aujourd’hui, je choisirais probablement un truc de science-fiction, avec des décors délirants et une atmosphère très onirique. Ce serait comme imaginer la pop du futur.

4

Tu travailles désormais en solo. Qu’est-ce que l’indépendance t’apporte ? 

L’indépendance m’a beaucoup apporté d’un point de vue créatif. J’ai appris à me retrouver avec moi-même pour me reconnecter à ce qui me tient vraiment à cœur. Quand on est seule, on ne peut se reposer sur personne et on est obligée de conjurer ses peurs et repousser ses limites.

5

Quel souvenir gardes-tu de ton adolescence ? 

J’étais trop jeune pour aller faire la fête quand la musique électro a commencé à s’imposer dans le paysage musical français. Mais il y avait ce truc transgressif dans l’idée d’écouter de l’électro que j’ai toujours trouvé excitant. Sinon, j’ai grandi avec l’acid, la techno et le r’n’b et les Beatles. Mais mon premier émoi lié à la musique, je le dois à mon père à qui je piquais les vinyles de la Motown. Il était très pointu dans ses écoutes !

@ClaudeViolante

Cette Semaine

dans l'intimité des femmes photographes

La réalisatrice de documentaires Chelsea McMullan a suivi Harley Weir pour capturer son processus créatif : face caméra, elle nous parle de ses inspirations, sa vision de la photographie et des femmes qui l'inspirent. 

Lire la suite

en coulisses avec lucy hardcastle

Découvrez la vidéo de la réalisatrice Liza Mandelup, Making Codes, qui revient sur la genèse du projet de l'artiste numérique et directrice créative Lucy Hardcastle : Matière Sacrée. Avec la productrice acclamée Fatima Al Qadiri, l'artiste Chris Lee et une poignée d'artistes numériques à suivre absolument. 

Lire la suite

en coulisses avec la réalisatrice eva michon

L'industrie du cinéma vue par les réalisatrices qui se battent pour la diversité. 

Lire la suite

making exhibitions: behind the scenes

Découvrez les coulisses de Making Exhibitions, un film réalisé par Christine Yuan, cinéaste originaire de Los Angeles. Commencez par Just A Second, une exposition digitale commissionnée par Rebecca Lamarche-Vadel et inspirée parCHANEL Nº5 L'EAU et retrouvez de prestigieux acteurs et collectifs du monde de l’art : BUFU, Rozsa Farkas, Fatos Ustek, Angelina Dreem ou encore Yana Peel.

 

Lire la suite

rebecca lamarche-vadel présente
just a second

Rebecca Lamarche-Vadel est commissaire d’exposition au Palais de Tokyo à Paris. Elle organise des expositions à grande échelle où elle mêle installations, danse, sculpture, photographie et poésie. Pour The Fifth Sense, elle a créé une exposition numérique s’inspirant du pouvoir transformateur du parfum Nº 5 L’EAU de CHANEL

Lire la suite

le son de l’underground – rencontre avec les pionnières de la scène dance de Beyrouth

Dans ce qui était jadis un monde dominé par les hommes, la scène électro de la ville est désormais envahie par les femmes. Et c'est une très bonne nouvelle. 

Lire la suite

harriet horton, artiste taxidermiste

Fascinée par le pouvoir de subversion de la pratique taxidermiste, Harriet Horton entend bien renverser les stéréotypes qui collent à cette pratique. 

Lire la suite

nozomi iijima présente
les cinq paradoxes

Nozomi lijima, danseuse originaire d'Osaka, s'est inspirée de la complexité de CHANEL N°5 L'EAU. Son projet 5 Paradoxes, réalisé avec The Fifth Sense, en retranscrit la modernité et la sophistication atemporelles. 

Lire la suite

l’artiste jung lee fait des œuvres d'art avec vos secrets les mieux gardés

Les installations aux néons de l'artiste coréenne dévoilent les pensées qu'on tait trop souvent. Nous l'avons rencontrée pour en savoir plus sur sa démarche et son parcours. 

Lire la suite
Chargement...