shirley collins, icône folk et immortelle

Après 35 ans d'absence, celle qui a marqué les décennies 60 et 70 revient avec un tout nouvel album – le remède essentiel à la mélancolie de l'automne. 

Une histoire d’amour, d’aventure, de drames passionnels et du retour chez soi. La vie de Shirley Collins a tout à voir avec ses chansons folk. Du haut de ses 23 ans, la star de la renaissance folk des années 1970 a traversé le sud des Etats-Unis en tête à tête avec son amour de l’époque, le musicologue Alan Lomax. À l’aide d’un magnétophone, le couple a enregistré les chansons des gens qu’ils ont rencontrés sur leur route – dont le bluesman Fred McDowell, dont les Rolling Stones se sont inspirés – Collins a, à cette époque, enregistré ses plus célèbres albums. En 1978,  sa vie a pris un tournant dramatique. Dévastée par son divorce d’avec l’icône du folk rock Ashley Hutchings, Collins a perdu sa voix sur scène. On a diagnostiqué à la chanteuse une dysphonie qui l’a empêchée de chanter pendant près de 35 ans. Aujourd’hui, à l’âge de 81 ans, Shirley Collins fait son grand retour. Le 4 novembre elle sortira Lodestar, son nouvel album enregistré dans la campagne anglaise. Rencontre. 

Qu’avez-vous ressenti, en rechantant enfin après 35 ans d’absence ?

Beaucoup de joie et d’émotions. Être de nouveau capable de chanter à voix haute mes morceaux, si longtemps tapis dans ma mémoire, m’a procuré une joie immense. Je n’ai jamais perdu mon intérêt pour la musique, non plus mon amour. La seule chose, c’est que j’étais incapable de l’exprimer. Je me sens guérie !

À quoi ressemblait la vie sans voix ? 

Elle était très sombre. Je n’étais plus la Shirley Collins que j’avais été jusque là ni celle que je voulais devenir. Je chantais dans ma tête. Je n’avais pas réalisé à quel point c’était long. Il y a quelques années, j’ai eu un appel du musicien David Gibet, sorti de nulle part. il m’a dit ‘J’adore votre musique, est-ce que ça vous ennuierait que je vienne vous parler et que je ramène quelques amis ?’ J’ai éclaté en sanglots avant de lui répondre, à l’autre bout du fil : ‘Je pensais qu’on m’avait jeté aux oubliettes !’ David m’a persuadée de chanter à nouveau, d’essayer, au moins. J’ai dit non, des années durant. Et puis un matin, j’ai dit oui. J’ai interprété deux chansons à la Union Chapel de Londres. En fait, beaucoup de personnes continuaient d’écouter mes albums.

Aujourd’hui, à l’âge de 81 ans, Shirley Collins fait son grand retour avec Lodestar, son nouvel album enregistré dans la campagne anglaise

Votre amie et partenaire sur scène Linda Thompson a également perdu sa voix après son divorce…

Je pense qu’il s’agit d’une chose normale que traversent beaucoup d’êtres humains. Je connais des gens, tous sexes confondus, qui se sont effondrés après un divorce. Le mien était tellement éprouvant. Je marchais main dans la main avec Ashley le jour de l’anniversaire de notre mariage. Le lendemain, il m’a dit ‘Je te quitte, j’en aime une autre’ et c’est tout. Je pense que certaines femmes se disent qu’une fois qu’elles ne sont plus aimées, elles ne valent plus rien. Mais il faut être brave, arrêter de s’inquiéter de ce que pensent les autres. Au final, j’ai choisi de ne plus garder toutes ces chansons pour moi. De les propager au monde.

Pendant votre trip en Amérique avec Alan Lomax, vous avez sorti de l’ombre des voix qui ont façonné le folk…

Dans l’un des titres de l’album,  Pretty Polly, on entend la voix d’une femme prénommée Ollie Gilbert, originaire des montagnes de l’Arkansas. Je ne l’oublierai jamais. Alan et le mari d’Ollie se sont acoquinés, elle et moi aussi, malgré notre différence d’âge : elle était trois fois plus âgée que moi à l'époque ! 

Selon votre mère, les clubs folk des années 1970 étaient de vrais lieux de débauche. Info ou intox ?

Ils étaient surtout très enfumés ! Les musiciens allumaient une cigarette entre deux refrains de guitare. Mais ma mère  n’avait pas tout à fait tort non plus. Je me suis rendue, un soir, dans un club folk de Londres. On pouvait lire sur l’affiche à l’entrée, « folk and blues » sauf qu’il n’en était rien à l’intérieur. J’étais tellement énervée que j’ai barré le mot « folk » à l’aide de mon rouge à lèvres.  L’organisateur de la soirée a brandi un couteau dans ma direction avant de me crier « si je te revois une seule fois ici, je t’accueillerai avec ça ».

C’est vrai que vous avez refusé les avances de Jimi Hendrix ?

C’est tout de même un peu exagéré. Mon premier mari tournait un film sur sa vie. Hendrix est donc venu chez nous un jour et a pris ma fille sur ses genoux. C’était un homme remarquable, d’une grande douceur. Il faisait chaud et je portais une robe sans manches. Il m’a attrapé le bras et murmuré « je comprends ce qu’Austin te trouve, maintenant. » J’étais un peu retournée. Le pire dans cette histoire, c’est qu’à l’époque, on prenait très peu de photos. J’aurais tant aimé garder une photo de Polly sur les genoux d’Hendrix. 


shirleycollins.co.uk

Cette Semaine

dans l'intimité des femmes photographes

La réalisatrice de documentaires Chelsea McMullan a suivi Harley Weir pour capturer son processus créatif : face caméra, elle nous parle de ses inspirations, sa vision de la photographie et des femmes qui l'inspirent. 

Lire la suite

en coulisses avec lucy hardcastle

Découvrez la vidéo de la réalisatrice Liza Mandelup, Making Codes, qui revient sur la genèse du projet de l'artiste numérique et directrice créative Lucy Hardcastle : Matière Sacrée. Avec la productrice acclamée Fatima Al Qadiri, l'artiste Chris Lee et une poignée d'artistes numériques à suivre absolument. 

Lire la suite

en coulisses avec la réalisatrice eva michon

L'industrie du cinéma vue par les réalisatrices qui se battent pour la diversité. 

Lire la suite

making exhibitions: behind the scenes

Découvrez les coulisses de Making Exhibitions, un film réalisé par Christine Yuan, cinéaste originaire de Los Angeles. Commencez par Just A Second, une exposition digitale commissionnée par Rebecca Lamarche-Vadel et inspirée parCHANEL Nº5 L'EAU et retrouvez de prestigieux acteurs et collectifs du monde de l’art : BUFU, Rozsa Farkas, Fatos Ustek, Angelina Dreem ou encore Yana Peel.

 

Lire la suite

rebecca lamarche-vadel présente
just a second

Rebecca Lamarche-Vadel est commissaire d’exposition au Palais de Tokyo à Paris. Elle organise des expositions à grande échelle où elle mêle installations, danse, sculpture, photographie et poésie. Pour The Fifth Sense, elle a créé une exposition numérique s’inspirant du pouvoir transformateur du parfum Nº 5 L’EAU de CHANEL

Lire la suite

le son de l’underground – rencontre avec les pionnières de la scène dance de Beyrouth

Dans ce qui était jadis un monde dominé par les hommes, la scène électro de la ville est désormais envahie par les femmes. Et c'est une très bonne nouvelle. 

Lire la suite

harriet horton, artiste taxidermiste

Fascinée par le pouvoir de subversion de la pratique taxidermiste, Harriet Horton entend bien renverser les stéréotypes qui collent à cette pratique. 

Lire la suite

nozomi iijima présente
les cinq paradoxes

Nozomi lijima, danseuse originaire d'Osaka, s'est inspirée de la complexité de CHANEL N°5 L'EAU. Son projet 5 Paradoxes, réalisé avec The Fifth Sense, en retranscrit la modernité et la sophistication atemporelles. 

Lire la suite

l’artiste jung lee fait des œuvres d'art avec vos secrets les mieux gardés

Les installations aux néons de l'artiste coréenne dévoilent les pensées qu'on tait trop souvent. Nous l'avons rencontrée pour en savoir plus sur sa démarche et son parcours. 

Lire la suite
Chargement...