5 conseils d’une femme de pouvoir pour réussir dans la culture

Cressida Pollock vient d’être nommée à la tête de l’Opéra National d’Angleterre – et compte bien en faire une institution intergénérationnelle, en phase avec les problématiques de son temps. Rencontre avec une battante. 

À 34 ans, Cressida Pollock détient les ficelles de l’un des établissements culturels les plus prestigieux d’Angleterre. Diplômée de l’université de Cambridge, elle a fait ses armes et son chemin dans un univers exclusivement masculin : celui du patronat, du management et de la finance. Elle a exploré le fonctionnement des plateformes pétrolières de Dubaï et contrôlé la chaîne de distribution d’huile de palme en Indonésie avant de se battre contre l’épidémie du VIH pour le Ministère de la santé en Zambie – tout ça dans sa vingtaine. De retour à Londres, sa ville natale, Cressida s’est battue pour intégrer l’équipe de l’Opéra national. Celle qui, enfant, passait son temps à voler des cassettes VHS de retransmission d’opéras pour les regarder en douce, à l’abri de ses parents, est désormais à la tête d’une institution florissante qui vient de lancer son émission sur NTS Radio. La business woman a 5 précieux conseils à donner à celles qui veulent conquérir le monde de la culture

Accepte de dire que tu ne sais pas

J’avais 24 ans lorsque je suis sortie de l’école et j’ai commencé en étant associée junior dans une société d’investissement. Pour mes premiers jours, on m’avait autorisée à assister à une réunion. Je devais apprendre à poser les bonnes questions, me faire la main, ce genre de choses. En réalité, il s‘agissait d’un meeting très important avec de hauts dirigeants d’une grosse banque. J’étais la seule personne à pouvoir m’y rendre, car le reste de l’équipe était occupé. Je m’y suis donc rendue, seule contre tous. J’avais envie de disparaître sous terre. Je ne connaissais rien de leur groupe, de leur passé, de leur stratégie. Donc au bout de 20 minutes, j’ai réussi à marmonner ces phrases : « Écoutez. Je suis désolée mais je devais assister à cette réunion à titre d’observatrice. Je n’ai aucune envie de vous faire perdre votre temps ». Ils ont compris et accepté de déplacer le rendez-vous. Avant de partir, je suis parvenue à leur demander quelle était la meilleure question que j’aurais pu leur poser. À ma grande surprise, ils m’ont répondu et ce qu’ils m’ont dit ce jour m’a servi durant toute ma carrière. On passe le plus clair de notre temps à mentir mais parfois, il vaut mieux être honnête et avouer ne pas savoir. Ce directeur si influent que j’ai rencontré ce jour-là, continue de raconter mon histoire à d’autres. Il a apprécié mon honnêteté, j’imagine. Il s’est souvenu de moi.

Accepte qu’en tant que femme, tu dois travailler deux fois plus pour inspirer la confiance (pour le moment et pas pour longtemps on l’espère) 

Lorsqu’on est jeune et qui plus est, une femme de pouvoir, nous sommes pour la plupart des hommes quelqu’un de bienveillant et chaleureux au travail. Vous pourrez vous en tirer un temps comme ça. Beaucoup de gens très respectables peuplent ce milieu professionnel mais vous aurez parfois à faire à des businessmen véreux  avec qui vous serez bien forcée de dealer. Pour ma part, j’ai eu la chance d’être entourée de femmes très pro, talentueuses et reconnues. J’ai étudié et me suis inspirée de leur langage corporel lors de différentes réunions. Quoiqu’il en soit, il vous faudra assumer et faire valoir votre autorité. C’est un travail de chaque instant qui nécessite de changer sa façon de s’assoir, parler, communiquer. Les femmes ont une tendance naturelle à parler avec leur corps, à le mettre en avant. Lorsqu’on prend un poste de direction, il faut prévoir de s’entraîner à inspirer la confiance et celle-ci passe par les actes, mais aussi les paroles et les mouvements du corps. En tant que femmes, nous travaillons souvent deux fois plus que nos homologues masculins pour prouver que nous sommes à la hauteur. 

Quand on veut, on peut  

J’ai débarqué à Londres le jour de mes 16 ans. Je vivais près de Victoria, dans le cœur de l’une des villes les plus créatives du monde. Je me suis toujours sentie à ma place au théâtre, à un concert. Mais devant le bâtiment du Royal Opera de Londres, je me suis sentie toute petite. Lorsque mon père m’y a emmenée à sa réouverture et ça a été le déclic pour moi. J’y suis retournée de nombreuses fois après coup. Je m’y rendais après les cours avec mon pass’ étudiant et multipliais les spectacles de danse et les ballets au Sadlers Wells. Quelques années plus tard, alors que je faisais du consulting en management, j’ai entendu parler de ce projet avec l’Opéra national et je n’ai pas pu m’empêcher de penser que c’était un coup du destin. Je me suis répétée, intérieurement : « Je le veux, je vais piloter ce truc. » Je suis rentrée plus tôt de mes vacances pour harceler les personnes en charge de former la nouvelle équipe de l’opéra. Littéralement, je les ai harcelés. Ils m’ont finalement acceptée. Je commençais à me faire confiance et à être très en phase avec ce beau projet. J’ai fini par en faire ma vie.

Cette Semaine

dans l'intimité des femmes photographes

La réalisatrice de documentaires Chelsea McMullan a suivi Harley Weir pour capturer son processus créatif : face caméra, elle nous parle de ses inspirations, sa vision de la photographie et des femmes qui l'inspirent. 

Lire la suite

en coulisses avec lucy hardcastle

Découvrez la vidéo de la réalisatrice Liza Mandelup, Making Codes, qui revient sur la genèse du projet de l'artiste numérique et directrice créative Lucy Hardcastle : Matière Sacrée. Avec la productrice acclamée Fatima Al Qadiri, l'artiste Chris Lee et une poignée d'artistes numériques à suivre absolument. 

Lire la suite

en coulisses avec la réalisatrice eva michon

L'industrie du cinéma vue par les réalisatrices qui se battent pour la diversité. 

Lire la suite

making exhibitions: behind the scenes

Découvrez les coulisses de Making Exhibitions, un film réalisé par Christine Yuan, cinéaste originaire de Los Angeles. Commencez par Just A Second, une exposition digitale commissionnée par Rebecca Lamarche-Vadel et inspirée parCHANEL Nº5 L'EAU et retrouvez de prestigieux acteurs et collectifs du monde de l’art : BUFU, Rozsa Farkas, Fatos Ustek, Angelina Dreem ou encore Yana Peel.

 

Lire la suite

rebecca lamarche-vadel présente
just a second

Rebecca Lamarche-Vadel est commissaire d’exposition au Palais de Tokyo à Paris. Elle organise des expositions à grande échelle où elle mêle installations, danse, sculpture, photographie et poésie. Pour The Fifth Sense, elle a créé une exposition numérique s’inspirant du pouvoir transformateur du parfum Nº 5 L’EAU de CHANEL

Lire la suite

le son de l’underground – rencontre avec les pionnières de la scène dance de Beyrouth

Dans ce qui était jadis un monde dominé par les hommes, la scène électro de la ville est désormais envahie par les femmes. Et c'est une très bonne nouvelle. 

Lire la suite

harriet horton, artiste taxidermiste

Fascinée par le pouvoir de subversion de la pratique taxidermiste, Harriet Horton entend bien renverser les stéréotypes qui collent à cette pratique. 

Lire la suite

nozomi iijima présente
les cinq paradoxes

Nozomi lijima, danseuse originaire d'Osaka, s'est inspirée de la complexité de CHANEL N°5 L'EAU. Son projet 5 Paradoxes, réalisé avec The Fifth Sense, en retranscrit la modernité et la sophistication atemporelles. 

Lire la suite

l’artiste jung lee fait des œuvres d'art avec vos secrets les mieux gardés

Les installations aux néons de l'artiste coréenne dévoilent les pensées qu'on tait trop souvent. Nous l'avons rencontrée pour en savoir plus sur sa démarche et son parcours. 

Lire la suite
Chargement...