susu laroche, photographe ésotérique

Les photographies de Susu Laroche, artiste franco-égyptienne explorent les forces occultes du monde et laissent toute sa place au mystère. 

Elle est née et a grandi à Londres. Susu Laroche, d’origine franco-égyptienne, a choisi de troquer la froideur du numérique contre le charme de l’argentique. Une passion qu’elle tient de son père, qui collectionnait les appareils photos. C’est à la Central St Martins, l’école dont elle est diplômée, qu’elle s’est mise à produire des images. Elle en tire des séries oniriques et déviantes, profondément ancrées dans la mythologie batallienne, l’œuvre anticipatrice de J.G Ballard et l’esthétique du réalisateur Rainer Werner Fassbinder. Sa pratique artistique s’établit dans la continuité de ses maîtres à penser, dans un rejet des conventions et un retour au merveilleux que Susu vient puiser dans le monde qui l’entoure. 

 « Chaos Lure Us Chaos Rule Us est un anagramme de mes noms et prénoms. C’est sans doute mon destin et le mantra qui me suivra toute ma vie. Le processus créatif que nécessite la photographie argentique joue un rôle primordial : rien n’est plus imprévisible, le résultat n’est jamais similaire à ce qu’on avait imaginé. Il faut s’en satisfaire et c’est une belle leçon d’humilité. Parfois, j’ai l’impression que l’appareil photo se retourne contre moi et mes attentes, c’est une sensation intrinsèque à ma pratique photographique. » 

« J’ai longtemps travaillé dans un grenier que j’avais reconverti en chambre noire jusqu’à ce qu’on m’en expulse. L’odeur des produits chimiques (l’amiante et les cristaux d’halogénure d’argent) envahissait l’espace. J’avais pris l’habitude de me passer de chronomètre pour la phase d’agrandissement des images. À la place, je comptais en chantant à voix haute. Aujourd’hui, mon atelier se situe dans une ancienne usine à échafaudages où se côtoient les rats, les carcasses de voiture et les champs. Je vais souvent shooter dans les environs, ou vers des lieux singuliers qui attisent ma curiosité. »

« L’univers que je crée se situe à la frontière entre fiction et réalité, à Memphis. C’est à la fois la ville du Tennessee, et la capitale de l’ancienne Égypte. Dans cet univers, nous sommes plongés en l’an 1066 et les deux villes s’affrontent culturellement. C’est l’ère féodale, sans les croisades. ‘Tout est faux, tout est permis’ (d’après Hassan i Sabbah, persan du 11ème siècle qu’on surnommait le Vieux de la Montagne) est mon mot d’ordre. »

Cette Semaine

dans l'intimité des femmes photographes

La réalisatrice de documentaires Chelsea McMullan a suivi Harley Weir pour capturer son processus créatif : face caméra, elle nous parle de ses inspirations, sa vision de la photographie et des femmes qui l'inspirent. 

Lire la suite

en coulisses avec lucy hardcastle

Découvrez la vidéo de la réalisatrice Liza Mandelup, Making Codes, qui revient sur la genèse du projet de l'artiste numérique et directrice créative Lucy Hardcastle : Matière Sacrée. Avec la productrice acclamée Fatima Al Qadiri, l'artiste Chris Lee et une poignée d'artistes numériques à suivre absolument. 

Lire la suite

en coulisses avec la réalisatrice eva michon

L'industrie du cinéma vue par les réalisatrices qui se battent pour la diversité. 

Lire la suite

making exhibitions: behind the scenes

Découvrez les coulisses de Making Exhibitions, un film réalisé par Christine Yuan, cinéaste originaire de Los Angeles. Commencez par Just A Second, une exposition digitale commissionnée par Rebecca Lamarche-Vadel et inspirée parCHANEL Nº5 L'EAU et retrouvez de prestigieux acteurs et collectifs du monde de l’art : BUFU, Rozsa Farkas, Fatos Ustek, Angelina Dreem ou encore Yana Peel.

 

Lire la suite

rebecca lamarche-vadel présente
just a second

Rebecca Lamarche-Vadel est commissaire d’exposition au Palais de Tokyo à Paris. Elle organise des expositions à grande échelle où elle mêle installations, danse, sculpture, photographie et poésie. Pour The Fifth Sense, elle a créé une exposition numérique s’inspirant du pouvoir transformateur du parfum Nº 5 L’EAU de CHANEL

Lire la suite

le son de l’underground – rencontre avec les pionnières de la scène dance de Beyrouth

Dans ce qui était jadis un monde dominé par les hommes, la scène électro de la ville est désormais envahie par les femmes. Et c'est une très bonne nouvelle. 

Lire la suite

harriet horton, artiste taxidermiste

Fascinée par le pouvoir de subversion de la pratique taxidermiste, Harriet Horton entend bien renverser les stéréotypes qui collent à cette pratique. 

Lire la suite

nozomi iijima présente
les cinq paradoxes

Nozomi lijima, danseuse originaire d'Osaka, s'est inspirée de la complexité de CHANEL N°5 L'EAU. Son projet 5 Paradoxes, réalisé avec The Fifth Sense, en retranscrit la modernité et la sophistication atemporelles. 

Lire la suite

l’artiste jung lee fait des œuvres d'art avec vos secrets les mieux gardés

Les installations aux néons de l'artiste coréenne dévoilent les pensées qu'on tait trop souvent. Nous l'avons rencontrée pour en savoir plus sur sa démarche et son parcours. 

Lire la suite
Chargement...