l’artiste jung lee fait des œuvres d'art avec vos secrets les mieux gardés

Les installations aux néons de l'artiste coréenne dévoilent les pensées qu'on tait trop souvent. Nous l'avons rencontrée pour en savoir plus sur sa démarche et son parcours. 

Jung Lee est née et a grandi à Seoul. Mais c’est à Londres, au Royal College of Art que l'artiste a étudié les arts et la photographie. Elle s’est vite familiarisée à la langue et la culture européenne : en septembre dernier, elle présentait son exposition personnelle à la galerie ONE AND J et révélait son penchant pour l’écriture de Marguerite Duras et plus particulièrement son dernier ouvrage, C’est Tout, dont elle s’est inspirée. Entre les lignes et au-delà de l’écriture, c’est l’importance donnée aux gestes, au silence, aux soupirs que l’artiste retranscrit à travers ses œuvres. Le néon, premier support de ses installations, sert à matérialiser l'univers artistique de l’artiste. Son premier projet photographique, sur les femmes orientales, reflétait le vécu de Jung, étudiante étrangère débarquée à Londres. Aujourd’hui, elle vit en banlieue de Séoul, non loin de la zone démilitarisée à l’orée de la frontière entre la Corée du Nord et la Corée du Sud. L’art de Jung reflète cet interstice et la sensation d’être toujours « déplacée ». Un état que Jung conjure en se recréant un monde imaginaire, lumineux et serein. 

Les souvenirs que j’ai gardés de mon enfance m’ont conduite à devenir artiste.

« J’ai pris des cours de piano quand j’étais enfant. Et si j’étais loin d’être douée dans ce domaine, j’adorais lire les histoires cachées derrière les compositions de Beethoven et Mozart. Je me suis mise à la photographie vers 25 ans mais je n’avais jamais formulé l’idée de devenir artiste. J’ai compris que le medium photographique était celui qui parlait le plus à des gens comme moi. »

J’ai beaucoup analysé le pouvoir des mots et du texte à l’école à Londres.

« C’est l’époque où j’ai réalisé que les mots ne suffisaient pas à décrire les émotions. L’exemple le plus éloquent est cette manie de toujours répondre « Bien merci, et toi ? » alors qu’on passe à côté de ce que ressentent la plupart des gens qui ont parlé avant nous. C’est ainsi que j’ai eu l’idée de combiner mon amour des mots et des néons. »

Les choses parfaites ne m’intéressent pas.

« Je m’intéresse justement à explorer les concepts de manque et d’inassouvissement. Je prends du plaisir à déceler l’imperfection ou l’inachevé d’un objet auquel j’accole mon récit. De cette manière, j’ai l’impression de trouver de la beauté cachée dans ces objets. Mais malgré la narrativité qui s’en dégage, mon travail sert moins à délivrer un message qu’à susciter chez le spectateur, l’envie de dialoguer avec sa voix intérieure. »

Les sensations visuelles sont au-dessus de tout, selon moi.

« Ce n’est pas ce que je vois mais ce que j’imagine. Je passe mon temps à observer les gens et j’espère parvenir à refléter le sens profond de la vie à travers mon travail. Malgré le fait que mes œuvres ressemblent à des paysages, mon travail est profondément humain. »

Cette Semaine

dans l'intimité des femmes photographes

La réalisatrice de documentaires Chelsea McMullan a suivi Harley Weir pour capturer son processus créatif : face caméra, elle nous parle de ses inspirations, sa vision de la photographie et des femmes qui l'inspirent. 

Lire la suite

en coulisses avec lucy hardcastle

Découvrez la vidéo de la réalisatrice Liza Mandelup, Making Codes, qui revient sur la genèse du projet de l'artiste numérique et directrice créative Lucy Hardcastle : Matière Sacrée. Avec la productrice acclamée Fatima Al Qadiri, l'artiste Chris Lee et une poignée d'artistes numériques à suivre absolument. 

Lire la suite

en coulisses avec la réalisatrice eva michon

L'industrie du cinéma vue par les réalisatrices qui se battent pour la diversité. 

Lire la suite

making exhibitions: behind the scenes

Découvrez les coulisses de Making Exhibitions, un film réalisé par Christine Yuan, cinéaste originaire de Los Angeles. Commencez par Just A Second, une exposition digitale commissionnée par Rebecca Lamarche-Vadel et inspirée parCHANEL Nº5 L'EAU et retrouvez de prestigieux acteurs et collectifs du monde de l’art : BUFU, Rozsa Farkas, Fatos Ustek, Angelina Dreem ou encore Yana Peel.

 

Lire la suite

rebecca lamarche-vadel présente
just a second

Rebecca Lamarche-Vadel est commissaire d’exposition au Palais de Tokyo à Paris. Elle organise des expositions à grande échelle où elle mêle installations, danse, sculpture, photographie et poésie. Pour The Fifth Sense, elle a créé une exposition numérique s’inspirant du pouvoir transformateur du parfum Nº 5 L’EAU de CHANEL

Lire la suite

le son de l’underground – rencontre avec les pionnières de la scène dance de Beyrouth

Dans ce qui était jadis un monde dominé par les hommes, la scène électro de la ville est désormais envahie par les femmes. Et c'est une très bonne nouvelle. 

Lire la suite

harriet horton, artiste taxidermiste

Fascinée par le pouvoir de subversion de la pratique taxidermiste, Harriet Horton entend bien renverser les stéréotypes qui collent à cette pratique. 

Lire la suite

nozomi iijima présente
les cinq paradoxes

Nozomi lijima, danseuse originaire d'Osaka, s'est inspirée de la complexité de CHANEL N°5 L'EAU. Son projet 5 Paradoxes, réalisé avec The Fifth Sense, en retranscrit la modernité et la sophistication atemporelles. 

Lire la suite

l’artiste jung lee fait des œuvres d'art avec vos secrets les mieux gardés

Les installations aux néons de l'artiste coréenne dévoilent les pensées qu'on tait trop souvent. Nous l'avons rencontrée pour en savoir plus sur sa démarche et son parcours. 

Lire la suite
Chargement...