la réalité abstraite de madeleine gross

Entre la peinture et la photographie, le coeur de la jeune artiste a choisi de ne pas choisir.

Madeleine Gross a 23 ans et vit à Toronto, dans l'abstraction la plus totale : en remixant, triturant ses photographies avant d'y ajouter des nappes de couleurs au pinceau, la jeune artiste crée des "paysages abstraits qui s'imprègnent néanmoins d'une certaine réalité." Diplômée du Ontario College of Art and Design, Madeleine marche à l'intuition : son geste, sa palette de couleurs et la texture finale de ses toiles répondent à une pratique plus sensorielle que terre à terre. La réalité qu'elle recompose face au spectateur lui donne l'impression d'être immergé dans cet univers singulier, de le comprendre et le saisir. L'interaction, au coeur de sa pratique, lui vient des maîtres de la peinture abstraite ou expressionniste – Gerard Richter, Helen Frankenthaler – autant que de la nature et des gestes quotidiens de son entourage qu'elle réinterprête sur la toile. Les couches de peinture successives donnent un mouvement réaliste à ses oeuvres. L'optimisme est également un trait de caractère que Madeleine tient à retranscrire à travers son travail. Ses photographies, prises à l'occasion de ses nombreux voyages à Miami, Joshua Tree, Los Angeles, New York, Aspen et les Bahamas se marient aux couleurs chaudes et délicates de sa palette. 

Comment t'es-tu familiarisée à la peinture et la photographie ?

J'ai commencé à utiliser des marqueurs sur des portraits en noir et blanc pour maquiller mes modèles, transformer leurs tenues afin de les rendre plus vivantes. C'était un premier pas mais il me manquait cette idée de mouvement. Un peu plus tard et suite à un voyage à New York, j'ai décidé d'imprimer une sélection de mes photos pour l'école d'art et de design de l'Ontario. J'avais envie d'expérimenter plusieurs choses. J'ai ressorti mes tubes de peinture acrylique et j'ai repeint chacune de mes photographies. La photographie est une pratique qui nécessite beaucoup de technique et je fais attention à ce que la lumière, l'angle soient parfaits. C'était assez jouissif de pouvoir m'exprimer librement en touchant directement à mes images. De manière générale, j'ai l'impression que nos plus belles oeuvres viennent de notre inconscient. 

Comment décrirais-tu ton esthétique ?

Je dirais qu'elle est vibrante, éclatante, colorée et contemporaine. J'aime créer un corpus d'images qui évoque un panel d'émotions très différentes. Je pense qu'il reflète une certaine sérénité. J'ai tendance à sur-intellectualiser les choses et l'art me permet d'avoir les idées plus claires. Je commence toujours avec une idée que j'ai en tête avant de la retranscrire grâce au dessin. Mon passage de la peinture à la photographie s'est opéré lorsque j'ai voulu capturer ce que je voyais pour le rendre immortel. Je pense qu'une certaine féminité s'en dégage. 

Qu'est-ce que la féminité, d'après toi ?

La féminité peut prendre tellement de formes. Pour moi, il s'agit d'embrasser ma force, avoir confiance en moi, m'aimer. J'exprime ma féminité à travers mes vêtements aussi. J'adore porter du Isabel Marant, elle me rend très émancipée, confiante : j'ai l'impression d'être une petite française ! Je suis fière de pouvoir m'exprimer à travers mon art, mon style et dans la vie de tous les jours. 

I’m trying to create images that are more intimate and inviting

Quels sont les artistes qui t'ont influencée, d'après toi ?

Gerhard Richter, Helen Frankenthaler et Morris Louis. Gerhard Richter travaille lui aussi la photographie et la peinture et j'adore les narrations qu'il recrée à l'aide de son pinceau. J'apprécie particulièrement les champs de couleurs de Helen Frankenthaler et Morris Louis – ils m'ont guidé dans ma pratique. 

Qu'espères-tu transmettre à celui ou celle qui contemple tes oeuvres ?

Je veux que mon spectateur soit de bonne humeur, il sera peut-être un peu nostalgique, ou à l'inverse, se projètera dans le futur proche grâce à mes images. J'aime beaucoup écouter ceux qui ont vu mes oeuvres car leurs interprétations sont toujours très différentes à leur égard ! Certains voient dans mes champs de couleur des petits personnages, par exemple. Je souhaite que le spectateur vive une expérience singulière. Il est parfois difficile de s'identifier à certaines photographies. C'est pourquoi j'essaie de créer des images qui parlent et invitent directement le spectateur à se questionner. C'est à travers mon objectif et ma perspective que je vois les choses, mais l'abstraction rend sans doute l'image plus universelle et susceptible de toucher ceux qui ne me connaissent pas. 

Quel message aimerais-tu transmettre au monde ?

Un message d'espoir et de beauté. L'art est capable de nous transcender, c'est une échappatoire au quotidien, à la réalité tangible. Je veux retranscrire un message positif à travers mes oeuvres et montrer à quel point le monde est beau. La vie est assez dure pour quArt can take our mind to a higher state of consciousness, it’s the best way to get out of our heads and escape from our problems that derive from everyday life. I want to translate a positive message and show how naturally beautiful this world is. Life is hard enough, we see so many negative images, if my photography and colorful brushstrokes can set a good vibe and bring hope to my viewer, then I’m happy.

Cette Semaine

dans l'intimité des femmes photographes

La réalisatrice de documentaires Chelsea McMullan a suivi Harley Weir pour capturer son processus créatif : face caméra, elle nous parle de ses inspirations, sa vision de la photographie et des femmes qui l'inspirent. 

Lire la suite

en coulisses avec lucy hardcastle

Découvrez la vidéo de la réalisatrice Liza Mandelup, Making Codes, qui revient sur la genèse du projet de l'artiste numérique et directrice créative Lucy Hardcastle : Matière Sacrée. Avec la productrice acclamée Fatima Al Qadiri, l'artiste Chris Lee et une poignée d'artistes numériques à suivre absolument. 

Lire la suite

en coulisses avec la réalisatrice eva michon

L'industrie du cinéma vue par les réalisatrices qui se battent pour la diversité. 

Lire la suite

making exhibitions: behind the scenes

Découvrez les coulisses de Making Exhibitions, un film réalisé par Christine Yuan, cinéaste originaire de Los Angeles. Commencez par Just A Second, une exposition digitale commissionnée par Rebecca Lamarche-Vadel et inspirée parCHANEL Nº5 L'EAU et retrouvez de prestigieux acteurs et collectifs du monde de l’art : BUFU, Rozsa Farkas, Fatos Ustek, Angelina Dreem ou encore Yana Peel.

 

Lire la suite

rebecca lamarche-vadel présente
just a second

Rebecca Lamarche-Vadel est commissaire d’exposition au Palais de Tokyo à Paris. Elle organise des expositions à grande échelle où elle mêle installations, danse, sculpture, photographie et poésie. Pour The Fifth Sense, elle a créé une exposition numérique s’inspirant du pouvoir transformateur du parfum Nº 5 L’EAU de CHANEL

Lire la suite

le son de l’underground – rencontre avec les pionnières de la scène dance de Beyrouth

Dans ce qui était jadis un monde dominé par les hommes, la scène électro de la ville est désormais envahie par les femmes. Et c'est une très bonne nouvelle. 

Lire la suite

harriet horton, artiste taxidermiste

Fascinée par le pouvoir de subversion de la pratique taxidermiste, Harriet Horton entend bien renverser les stéréotypes qui collent à cette pratique. 

Lire la suite

nozomi iijima présente
les cinq paradoxes

Nozomi lijima, danseuse originaire d'Osaka, s'est inspirée de la complexité de CHANEL N°5 L'EAU. Son projet 5 Paradoxes, réalisé avec The Fifth Sense, en retranscrit la modernité et la sophistication atemporelles. 

Lire la suite

l’artiste jung lee fait des œuvres d'art avec vos secrets les mieux gardés

Les installations aux néons de l'artiste coréenne dévoilent les pensées qu'on tait trop souvent. Nous l'avons rencontrée pour en savoir plus sur sa démarche et son parcours. 

Lire la suite
Chargement...