bienvenue dans le monde rêvé de la photographe darcy haylor

Les clichés de Darcy Haylor sont tout en textures et couleurs. Très inspirée par des personnalités artistiques et singulières, de Corrine Day à Gaspar Noé, la jeune photographe passe son temps à observer les autres, les liens qui les nouent, les émotions qui les traversent pour mieux les retranscrire à l'image. 

Darcy Haylor a 22 ans et des images plein la tête. La jeune photographe s’est vite créé son propre univers visuel, à part : « à mi-chemin entre rêve et réalité ». Londonienne, elle s’est installée à New York avec sa famille, enfant et étudie aujourd’hui à la CalArts de Los Angeles, une prestigieuse école d’art où elle suit des cours de photo et de nouveaux médias. Les paysages irréels et la lumière fantasmatique de ce bout de l’Amérique l’ont encouragée à s’armer d’un appareil photo. Ses sujets de prédilection ? Son entourage, ses amis, sa famille, des gens avec qui elle partage confiance, admiration et amitié – trois piliers que l’on retrouve disséminés dans ses tirages capturant des instants d’intimité. Pour Darcy, la photographie est le médium qui lui permet d’« être entre la réalisation de films et la peinture, sauf qu’avec la photo, on peint avec la lumière – c’est un processus créatif où les mains entrent en jeu, où l’on est capable d’être seul, de développer sa propre vision artistique. » 

Mais Darcy aime aussi et surtout le cinéma. Elle cite volontiers Gaspar Noé « dont la vision irrévérencieuse et osée est une véritable inspiration » ainsi que Vera Chytilová, réalisatrice tchèque et Tarkovsky. Ses photographes préférés ? Pêle-mêle Nan Goldin, Paolo Roversi, Corrine Day et Sarah Moon, car leurs images « laissent les choses tomber sous nos yeux, racontent une histoire qui se déroule à un instant T. La beauté chez eux, existe dans le banal, dans l’œil de celui qui la découvre, la beauté est subjective et transcendantale. »

L’inspiration qu’elle puise dans ces univers visuels, cinématographiques ou photographiques, lui a permis d’immortaliser avec beaucoup d’émotion, les instants d’amitié, d’amour et de solidarité qui se passent au quotidien, dans son entourage, jeune et fier. Un entourage qu’elle associe à des couleurs brillantes, éclatantes, mais aussi à la vitesse et l’audace. La jeunesse qu’elle sacre sur ses images respire la liberté de vivre et faire. « Elle n’est pas dans la routine ni ne suit les règles, elle s’échappe du cadre et fuit le quotidien. C’est triste de voir à quel point cette jeunesse est parfois incomprise ou rejetée. La jeunesse a le pouvoir de se rebeller et de voir le monde autrement ».

Darcy a découvert tout récemment qu’elle était atteinte de synesthésie, un phénomène neurologique où plusieurs sens s’associent, instinctivement. Les sons qu’elle entend lui évoquent des couleurs, l’orange, le bleu, le rouge. « J’ai travaillé sur la pochette d’album d’un ami à moi, je la voyais rose. Tout était rose à mes yeux dans son univers.» Dans ses photographies, le violet, le vert et le bleu s’embrassent, à l’unisson – ce sont ses couleurs de prédilection. Après s’être plongée dans la lecture de Goethe, l’auteur (entre autres) du Traité des Couleurs, Darcy a appris que le violet était la couleur de l’imagination, de la mélancolie. Le bleu est puissant et doux à la fois. Je suis une grande admiratrice du réalisateur Greg Araki qui utilise beaucoup cette palette bleutée dans ses films, pour laisser transparaître les émotions bileuses comme la mélancolie par exemple. Le vert est une couleur spéciale pour moi car elle a le plus de nuances dans le spectre des couleurs. Et l’œil le perçoit mieux, » constate-t-elle. 


Dans un futur proche, Darcy souhaite réaliser une œuvre visuelle, sonore et odorante. « Je suis fascinée par les odeurs et le parfum en général. J’aimerais pouvoir réaliser un morceau qui retranscrive une odeur ou vice versa et mettre cette pièce en images, à l’aide de la photographie. L’odorat est un sens qui affecte ma création et ma perception du monde au quotidien. J’y suis très sensible. Le parfum, c’est le tourment, le désir, la passion, l’amour et la nostalgie. Quand je repense à des endroits où je me suis rendue, je pense d'abord à leur odeur. Je pense à l’odeur poivrée de Tribeca, à Manhattan, à celle des pins, dans ma maison d’enfance en Angleterre, dans le Kent. New York a pour moi une odeur très musquée. »

Cette Semaine

dans l'intimité des femmes photographes

La réalisatrice de documentaires Chelsea McMullan a suivi Harley Weir pour capturer son processus créatif : face caméra, elle nous parle de ses inspirations, sa vision de la photographie et des femmes qui l'inspirent. 

Lire la suite

en coulisses avec lucy hardcastle

Découvrez la vidéo de la réalisatrice Liza Mandelup, Making Codes, qui revient sur la genèse du projet de l'artiste numérique et directrice créative Lucy Hardcastle : Matière Sacrée. Avec la productrice acclamée Fatima Al Qadiri, l'artiste Chris Lee et une poignée d'artistes numériques à suivre absolument. 

Lire la suite

en coulisses avec la réalisatrice eva michon

L'industrie du cinéma vue par les réalisatrices qui se battent pour la diversité. 

Lire la suite

making exhibitions: behind the scenes

Découvrez les coulisses de Making Exhibitions, un film réalisé par Christine Yuan, cinéaste originaire de Los Angeles. Commencez par Just A Second, une exposition digitale commissionnée par Rebecca Lamarche-Vadel et inspirée parCHANEL Nº5 L'EAU et retrouvez de prestigieux acteurs et collectifs du monde de l’art : BUFU, Rozsa Farkas, Fatos Ustek, Angelina Dreem ou encore Yana Peel.

 

Lire la suite

rebecca lamarche-vadel présente
just a second

Rebecca Lamarche-Vadel est commissaire d’exposition au Palais de Tokyo à Paris. Elle organise des expositions à grande échelle où elle mêle installations, danse, sculpture, photographie et poésie. Pour The Fifth Sense, elle a créé une exposition numérique s’inspirant du pouvoir transformateur du parfum Nº 5 L’EAU de CHANEL

Lire la suite

le son de l’underground – rencontre avec les pionnières de la scène dance de Beyrouth

Dans ce qui était jadis un monde dominé par les hommes, la scène électro de la ville est désormais envahie par les femmes. Et c'est une très bonne nouvelle. 

Lire la suite

harriet horton, artiste taxidermiste

Fascinée par le pouvoir de subversion de la pratique taxidermiste, Harriet Horton entend bien renverser les stéréotypes qui collent à cette pratique. 

Lire la suite

nozomi iijima présente
les cinq paradoxes

Nozomi lijima, danseuse originaire d'Osaka, s'est inspirée de la complexité de CHANEL N°5 L'EAU. Son projet 5 Paradoxes, réalisé avec The Fifth Sense, en retranscrit la modernité et la sophistication atemporelles. 

Lire la suite

l’artiste jung lee fait des œuvres d'art avec vos secrets les mieux gardés

Les installations aux néons de l'artiste coréenne dévoilent les pensées qu'on tait trop souvent. Nous l'avons rencontrée pour en savoir plus sur sa démarche et son parcours. 

Lire la suite
Chargement...