dans l'univers sensoriel et poétique des fleuristes

Nous avons demandé à cinq fleuristes de nous citer les odeurs qui les font retomber en enfance. 

Le langage des fleurs – ou l'art du détail, des couleurs et de leur juste association mêlant références historiques, artistiques et symboliques – était largement reconnu au 19ème siècle, une époque où il était plutôt mal venu de s'épancher émotionnellement et publiquement. Aujourd'hui, parler de ses émotions n'a jamais été aussi simple – il nous suffit d'un smiley, d'un whatsapp ou d'un iMessage parsemé d'emojis coeur ou fleur (pour les plus romantiques d'entre nous)  pour laisser son correspondant entendre ce qu'on attend, ce qu'on pense et ce qu'on souhaite ardemment de lui. Mais rien ne vaut un beau bouquet de fleurs, empli de délicates effluves et de couleurs éclatantes, pour prouver sa reconnaissance, son amour, sa compassion, son manque. Des mariages aux défilés en passant par les obsessions des plus grands photographes de mode, les fleurs ont encore leur mot à dire dans notre société contemporaine. Les fleuristes que nous avons questionné nous le montrent. Ils partagent avec nous leurs madeleines de Proust olfactives et à l'unisson, célèbrent le pouvoir inaltérable et poétique des fleurs. 

Un jardin de roses 

‘Si vous voulez parler du parfum des roses, d’un point de vue purement technique, il faut entendre David Austin, grand créateur de roses anglais, énumérer ces mots : fruité, aux effluves de myrrhe, de musc, l’odeur du renfermé et du thé. J’ai grandi dans l’état d’Islington, sans espace vert. Par chance, mes grands-parents habitaient à Crouch End. Ils possédaient un jardin magnifique – c’était mon oasis à moi. J’élaguais les très nombreux rosiers de ma grand-mère, enfant. Chaque fois que je renifle le parfum d’une rose, je repasse la porte de chez ma grand-mère et les odeurs de mon enfance me reviennent – le café, des pâtes qui cuisent et du ragout fumant. C’est une fleur qui me suit depuis que je suis enfant. La rose est une idée qu’on retrouve disséminée à travers ma marque. Je voulais retranscrire ses contrastes dans un seul et même titre. C’est pourquoi j’ai choisi de l’intituler Grace & Thorn. La rose est gracieuse, belle, élégante. Mais elle a des épines, comme pour mieux dire : « on ne plaisante pas avec moi ! » Ce contraste existe au quotidien – nous ne sommes jamais que le fruit de plein de contradictions. J’aime que les choses se dévoilent et choquent par leurs contrastes.’ Nik Southern, Grace & Thorn

Le muguet de mai 

‘Poétique dans sa forme, discret, merveilleux. C’est une fleur fière et élégante. Je reste intimement persuadée qu’un bouquet de mariage n’est jamais tout à fait parfait sans muguet. Son odeur est très puissante et je ne me verrais pas m’en parfumer. Pour autant, c’est la fleur au naturel, telle qu’elle est, qui à mon sens regorge de mystère et de perfection olfactive. Ce que j’aime particulièrement dans le muguet, c’est qu’il ne fleurit qu’à une période très précise, de la fin du mois d’avril jusqu’au début de mai. Elles n’en sont que plus spéciales et singulières. Le cycle de la nature fait que le muguet est généralement associé au début du printemps et donc, au retour du bonheur. Ma mère avait vraiment la main verte et faisait pousser son muguet sous le figuier du jardin. Cette fleur m’évoquera toujours la nostalgie et ma famille. L’amour, aussi. si je devais renouveler mes vœux, je me confectionnerais un bouquet de muguet pour l’occasion. C’est une fleur romantique. Et peu d’entre elles sentent si bon si longtemps.’ 

 Kally Ellis, McQueens

L'iris

‘Mon premier souvenir olfactif lié à l’iris remonte à l’enfance et mon jardin familial, à Sussex. L’iris avait choisi un mur en briques roses pour grandir et s’éclore – je me rappelle d’une soirée douce et paisible du mois d’avril, du ciel gris, de la pluie fine. L’odeur de l’iris varie d’une fleur à l’autre. Elle est tour à tour musquée, épicée, se rapproche de l’odeur des agrumes et du lys. Alors que l’iris bleu foncé des supermarchés ne sent généralement rien du tout. Un jour, je suis tombée sur des sérigraphies japonaises magnifiques où de superbes iris étaient dessinées –  je n’ai pu les acheter pour des raisons personnelles. Deux semaines plus tard, mon père est venu me voir avec un énorme paquet contenant ces œuvres ! Aujourd’hui, elles sont au studio JamJar où ceux qui aiment comme moi ces fleurs subtiles peuvent les admirer. Elles sont rarement usitées par les fleuristes car elles fanent très vite mais leur fragilité les rend d’autant plus désirables. Je ne peux jamais leur résister. On les utilisait, dans le temps, pour réaliser des parfums et des remèdes à base de plantes. Leur racine sert à parfumer certains gins. Que de bonnes raisons de les apprécier ! ‘ - Melissa Richardson, JamJar.

Lemon Geranium 

‘Quand j’ai quitté l’école, je suis partie vivre en Italie – avec très peu de moyens. Je séjournais dans des petits hôtels et dans l’un d’entre eux, la cour intérieure regorgeait de géraniums. Je m’y asseyais pour croquer les fleurs dans mon carnet. L’odorat est un sens très complexe. Je me rappelle très bien l’odeur lourde et imposante des soirées d’été, celle des fleurs de là-bas, des géraniums aux couleurs roses et aux feuilles très vertes. On en trouve en Angleterre de juillet à septembre. Le parfum de ces fleurs est rafraichissant; il a la légèreté de la citronnelle et la persistance olfactive de la fumée, du bois. J’en ai un vase rempli dans ma cour et il me suffit de passer la porte de chez moi, d'en glisser une ou deux dans ma poche, pour les avoir auprès de moi la journée.’ – Viv Brotherson, Scarlet & Violet

Tubéreuse

‘La beauté froide, anti-conformiste de la tubéreuse en fait sa force. Elle n’éclot qu’à la tombée de la nuit. Son parfum ressemble à s’y méprendre à celui du jasmin mais possède, pour ceux qui veulent bien s’y attarder, une note de fond plus sombre, doucereuse, enivrante – le parfum le plus fleuri que je n’ai jamais senti. Les scientifiques ont prouvé que le sens olfactif était celui le plus inextricablement lié à nos souvenirs. J’ai toujours eu beaucoup d’émotions à travailler avec les fleurs qui ont un parfum très imposant. On ne sait jamais quel genre de souvenirs elles nous laisseront, plus tard. Les propriétés de la tubéreuse en font une plante utilisée dans la médecine traditionnelle : elle encourage à la méditation et peut même servir d’aphrodisiaque. Cette fleur me rappellera toujours les vacances. La découverte des savons faits-main dans les boutiques de Lisbonne et des flacons de parfums des parfumeurs parisiens. Ces fleurs sont originaires du Mexique mais elles sont aujourd’hui difficiles à trouver dans la nature. De nombreuses cultures voient dans son éclosion nocturne un phénomène magique, aussi attirant que subversif.’ - Emma, Palais Flowers

Cette Semaine

dans l'intimité des femmes photographes

La réalisatrice de documentaires Chelsea McMullan a suivi Harley Weir pour capturer son processus créatif : face caméra, elle nous parle de ses inspirations, sa vision de la photographie et des femmes qui l'inspirent. 

Lire la suite

en coulisses avec lucy hardcastle

Découvrez la vidéo de la réalisatrice Liza Mandelup, Making Codes, qui revient sur la genèse du projet de l'artiste numérique et directrice créative Lucy Hardcastle : Matière Sacrée. Avec la productrice acclamée Fatima Al Qadiri, l'artiste Chris Lee et une poignée d'artistes numériques à suivre absolument. 

Lire la suite

en coulisses avec la réalisatrice eva michon

L'industrie du cinéma vue par les réalisatrices qui se battent pour la diversité. 

Lire la suite

making exhibitions: behind the scenes

Découvrez les coulisses de Making Exhibitions, un film réalisé par Christine Yuan, cinéaste originaire de Los Angeles. Commencez par Just A Second, une exposition digitale commissionnée par Rebecca Lamarche-Vadel et inspirée parCHANEL Nº5 L'EAU et retrouvez de prestigieux acteurs et collectifs du monde de l’art : BUFU, Rozsa Farkas, Fatos Ustek, Angelina Dreem ou encore Yana Peel.

 

Lire la suite

rebecca lamarche-vadel présente
just a second

Rebecca Lamarche-Vadel est commissaire d’exposition au Palais de Tokyo à Paris. Elle organise des expositions à grande échelle où elle mêle installations, danse, sculpture, photographie et poésie. Pour The Fifth Sense, elle a créé une exposition numérique s’inspirant du pouvoir transformateur du parfum Nº 5 L’EAU de CHANEL

Lire la suite

le son de l’underground – rencontre avec les pionnières de la scène dance de Beyrouth

Dans ce qui était jadis un monde dominé par les hommes, la scène électro de la ville est désormais envahie par les femmes. Et c'est une très bonne nouvelle. 

Lire la suite

harriet horton, artiste taxidermiste

Fascinée par le pouvoir de subversion de la pratique taxidermiste, Harriet Horton entend bien renverser les stéréotypes qui collent à cette pratique. 

Lire la suite

nozomi iijima présente
les cinq paradoxes

Nozomi lijima, danseuse originaire d'Osaka, s'est inspirée de la complexité de CHANEL N°5 L'EAU. Son projet 5 Paradoxes, réalisé avec The Fifth Sense, en retranscrit la modernité et la sophistication atemporelles. 

Lire la suite

l’artiste jung lee fait des œuvres d'art avec vos secrets les mieux gardés

Les installations aux néons de l'artiste coréenne dévoilent les pensées qu'on tait trop souvent. Nous l'avons rencontrée pour en savoir plus sur sa démarche et son parcours. 

Lire la suite
Chargement...