jill kennington, figure iconique des sixties

Son apparition dans le Blow Up d’Antonioni est restée culte. Ancienne mannequin passée sous l'objectif des plus grands photographes, Jill s’apprête à sortir son autobiographie. Nous l’avons rencontrée pour revenir sur sa carrière.

Avant de devenir photographe, Jill Kennington, 74 ans aujourd’hui, était une des mannequins les plus cotées d’Angleterre. Trois fois sacrée en couverture du vogue, elle a été immortalisée par les plus grands photographes de mode : David Bailey, John Cowan, Terence Donovan, Helmut Newton et Richard Avedon. Sa conséquente carrière, surtout aux côtés de Cowan, l’a menée jusqu’au Blow-Up de Michelangelo Antonioni, chef-d’œuvre du cinéma pour lequel elle a fait une apparition remarquée. 

Blow Up était-il une représentation juste de ton quotidien en tant que mannequin dans le Londres des années 1960 ?

Pas du tout ! Je ne me suis jamais faite avoir comme le personnage du film. Le fait que les mannequins soient stupides n’est pas une vérité inconditionnelle. Je n’ai jamais vu non plus de filles qui finissent à poil dans un studio mais bon, après tout qui sait ? Je n’ai jamais travaillé qu’avec des photographes très professionnels. Peut-être que d’autres étaient du genre à faire ces choses. C’était un fantasme de réalisateur et non pas une représentation juste de Londres. C’est un récit mystérieux.

Blow Up a partiellement été inspiré de la vie de David Bailey. Comment c’était de travailler avec lui ?

Bailey ne m’a jamais vue sous mon meilleur jour. J’ai travaillé sur quelques projets avec lui mais assez peu. Je travaillais mieux avec d’autres photographes. Ça n’a pas marché entre nous, David.

Vous avez beaucoup posé pour Helmut Newton, que vous a apporté cette rencontre ?

Newton était fantastique. C’était un vrai scénariste et un excellent photographe. Je m’en suis un peu éloignée quand il est parti dans ses fantasmes SM. Rester debout dans un manteau en cuir à moitié ouvert en pleine rue et en pleine nuit, c’était un peu trop pour moi. Ça doit venir de mes racines du Lincolnshire. Je me suis interdit beaucoup de choses dans ma vie. Mais j’ai travaillé avec Newton quinze ans durant et nous avons produit de très belles images ensemble. 

j’ai travaillé avec Newton quinze ans durant et nous avons produit de très belles images ensemble.

Une des scènes cultes de Blow Up met en scène Veruschka [von Lehndorff flirtant de près avec le photographe qui la shoote. Vous étiez amies toutes les deux ?

Nous étions très proches Veruschka et moi. Avant le tournage de Blow Up, nous sommes parties un Afrique toutes les deux, pendant un mois. Nous avons beaucoup ri, parlé autour du feu de joie. Et on travaillait aussi. Je me rappelle m’être dit avant de partir pour l’Afrique : « Oh mon Dieu, Veruschka et son 1mètre 85 vont me faire ombrage !’ Et finalement, toutes mes peurs se sont envolées. Et nos différences ont fait notre force.

Avez-vous toujours été à l’aise devant l’objectif ? De jouer de votre sensualité ?

C’est essentiel de jouer de sa sensualité. Mais j’ai toujours fait attention à ne pas paraître trop sexy. J’étais relativement dans le contrôle face à l’objectif. Aujourd’hui, je pense que c’est plus libre. On peut choisir d’être sensuelle ou non – et ça peut être superbe. La sensualité d’hier n’est plus la même qu’aujourd’hui. Mais cela reste un très joli terme, « sensualité ». Je l’aime beaucoup.

Ça n’a jamais été difficile d’accepter que le monde vous adulait pour votre physique ?

À la fin des années 1970, quand je vivais en Italie, j’avais l’impression douloureuse d’être entourée de piranhas : tout le monde me voulait et j’ai fini par m’en lasser. Ce n’est pas une sensation très agréable. 

Mon seul regret est de n’avoir jamais été une hippie. Je n’avais pas le temps pour ça.

Quel a été le shooting le plus risqué de votre carrière ?

Un shooting au pôle nord, j’étais allongée sur la glace. Ce qui était un peu flippant parce qu’elle se craquelait et grinçait à mon contact. Si jamais j’étais tombée, j’aurais tenu deux minutes avant de mourir de froid. Mais c’était une expérience incroyable. J’ai eu quelques frayeurs mais au final, ce n’était pas si dangereux que ça.

La décennie sixties était très hédoniste. Vous étiez du genre à succomber à cette tendance à l’époque ?

Non j’étais plutôt sage, aussi étrange que cela puisse paraître. Mon seul regret est de n’avoir jamais été une hippie. Je n’avais pas le temps pour ça. Si vous aviez un shoot pour un magazine le lendemain, impossible de faire la fête ou de se droguer. Il fallait être clean. D’ailleurs, je ne traînais pas trop avec les ceux qui s’adonnaient aux plaisirs de la drogue.

Cette Semaine

dans l'intimité des femmes photographes

La réalisatrice de documentaires Chelsea McMullan a suivi Harley Weir pour capturer son processus créatif : face caméra, elle nous parle de ses inspirations, sa vision de la photographie et des femmes qui l'inspirent. 

Lire la suite

en coulisses avec lucy hardcastle

Découvrez la vidéo de la réalisatrice Liza Mandelup, Making Codes, qui revient sur la genèse du projet de l'artiste numérique et directrice créative Lucy Hardcastle : Matière Sacrée. Avec la productrice acclamée Fatima Al Qadiri, l'artiste Chris Lee et une poignée d'artistes numériques à suivre absolument. 

Lire la suite

en coulisses avec la réalisatrice eva michon

L'industrie du cinéma vue par les réalisatrices qui se battent pour la diversité. 

Lire la suite

making exhibitions: behind the scenes

Découvrez les coulisses de Making Exhibitions, un film réalisé par Christine Yuan, cinéaste originaire de Los Angeles. Commencez par Just A Second, une exposition digitale commissionnée par Rebecca Lamarche-Vadel et inspirée parCHANEL Nº5 L'EAU et retrouvez de prestigieux acteurs et collectifs du monde de l’art : BUFU, Rozsa Farkas, Fatos Ustek, Angelina Dreem ou encore Yana Peel.

 

Lire la suite

rebecca lamarche-vadel présente
just a second

Rebecca Lamarche-Vadel est commissaire d’exposition au Palais de Tokyo à Paris. Elle organise des expositions à grande échelle où elle mêle installations, danse, sculpture, photographie et poésie. Pour The Fifth Sense, elle a créé une exposition numérique s’inspirant du pouvoir transformateur du parfum Nº 5 L’EAU de CHANEL

Lire la suite

le son de l’underground – rencontre avec les pionnières de la scène dance de Beyrouth

Dans ce qui était jadis un monde dominé par les hommes, la scène électro de la ville est désormais envahie par les femmes. Et c'est une très bonne nouvelle. 

Lire la suite

harriet horton, artiste taxidermiste

Fascinée par le pouvoir de subversion de la pratique taxidermiste, Harriet Horton entend bien renverser les stéréotypes qui collent à cette pratique. 

Lire la suite

nozomi iijima présente
les cinq paradoxes

Nozomi lijima, danseuse originaire d'Osaka, s'est inspirée de la complexité de CHANEL N°5 L'EAU. Son projet 5 Paradoxes, réalisé avec The Fifth Sense, en retranscrit la modernité et la sophistication atemporelles. 

Lire la suite

l’artiste jung lee fait des œuvres d'art avec vos secrets les mieux gardés

Les installations aux néons de l'artiste coréenne dévoilent les pensées qu'on tait trop souvent. Nous l'avons rencontrée pour en savoir plus sur sa démarche et son parcours. 

Lire la suite
Chargement...