louise chen : une artiste, cinq sens

Louise Chen fait battre nos nuits et nos coeurs derrière ses platines. L’occasion de revenir avec elle sur ses souvenirs, sa bibliothèque musicale hyper éclectique et son amour pour la nuit parisienne. 

Louise Chen, c’est l’histoire d’un désir né au Luxembourg. Jeune, Louise regarde la culture club se déployer de loin et rêve de nuits sans fin. C'est à ce moment-là qu'elle commence à ériger son répertoire musical, tout doucement et avec toute la liberté que permet l'adolescence. À 14 ans, elle fait ses premières expériences et s'immisce dans la scène punk locale. Une curiosité qui, sans aucun doute, assure aujourd'hui son succès en tant que DJ. En 2006, montée à Paris pour ses études et après avoir effectué quelques stages dans la presse musicale et dans l’équipe du feu Triptyque, Louise s’initie aux platines du Café Chérie, à Belleville. Après des échappées anglaises et américaines, elle revient à Paris et prend un second souffle sous l’impulsion du grand DJ Mehdi. En 2011, naît le collectif féminin Girls Girls Girls, qui fera les beaux jours du Social Club et de tout ce que Paris a d’effervescent – encore aujourd'hui. La preuve par deux : ce soir, vendredi 25 novembre, et demain, Louise Chen sera aux Nuits Fauves puis à la Bellevilloise pour les 5 ans de Bromance. Elle est également sur le point de sortir un fanzine 100% DIY dédié au Smashing Pumpkins. L’occasion de revenir avec elle sur ses souvenirs, sa bibliothèque musicale hyper éclectique et son amour pour la nuit.  

1

Le premier vinyle que j'ai joué était de Spank Rock.

On avait bossé sur la sortie de l'album, et j'avais dû aller les chercher à l'aéroport alors que j'étais la petite stagiaire de 18 ans. Il fallait se lever à 6 heures, le boss de la promo était blessé au genou, en béquilles. J'ai du les amener à leur hôtel, gérer leur journée promo. On a vite sympathisé, c'était leur première fois hors des États-Unis, avant ça ils n'avaient pas de passeport. J'étais trop fan, je connaissais leurs paroles par cœur. D'ailleurs, ils ont dû garder une vidéo de moi qui rappe dans le métro...

2

Je suis née et j'ai grandi au Luxembourg. Il n'y a rien là-bas

Quand j'étais ado, s'il y avait quatre concerts dans l'année, c'était une bonne année ! Et quand tu as 14-15 ans, sans permis, rien n'est possible. Si la musique t'obsède, cette situation pousse vraiment ton imaginaire et ton système D. Tu te demandes : « Comment je peux faire pour voir des concerts ? Comment me débrouiller pour que ça fasse partie de ma vie ? » Les 15 premières années de la mienne, j'ai pensé que mes idoles de la musique étaient inaccessibles. Je ne m'imaginais pas les voir un jour. C'est ça qui m'a donné envie de ce milieu. D'y participer, de le toucher. 

3

Il y a plus d'amour, d'envie et de compassion autour de nous. C'est dans l'air de Paris. 

Et puis la fête est superbe. Il y a des clubs qui ouvrent partout : les gens ont envie de sortir. Pas tout le temps, n'oublions pas que Netflix et Deliveroo sont les plus grands ennemis des Djs ! À Pigalle, dans les restos, les clubs, les hôtels, tu sens un air nouveau. Les gens essaient des trucs, prennent des risques. J'ai l'impression qu'il y a de la place pour tous et pour tout aujourd'hui. C'est hyper effervescent. 

4

On n’a plus peur d’aller en banlieue pour faire la fête. 

Et j'ai l'impression que l'air de rien, ça ouvre les esprits et les yeux des gens.

5

Nos quêtes de richesses sont de plus en plus immatérielles. 

De découvertes, de voyages. On a compris qu’il fallait travailler pour soi. On dépense notre argent pour aller au resto, pour aller en soirée, partir en weekend à l’étranger. On est sur un marché de l’idée, la jeunesse ne veut plus posséder les choses mais les vivre à fond. 

Cette Semaine

dans l'intimité des femmes photographes

La réalisatrice de documentaires Chelsea McMullan a suivi Harley Weir pour capturer son processus créatif : face caméra, elle nous parle de ses inspirations, sa vision de la photographie et des femmes qui l'inspirent. 

Lire la suite

en coulisses avec lucy hardcastle

Découvrez la vidéo de la réalisatrice Liza Mandelup, Making Codes, qui revient sur la genèse du projet de l'artiste numérique et directrice créative Lucy Hardcastle : Matière Sacrée. Avec la productrice acclamée Fatima Al Qadiri, l'artiste Chris Lee et une poignée d'artistes numériques à suivre absolument. 

Lire la suite

en coulisses avec la réalisatrice eva michon

L'industrie du cinéma vue par les réalisatrices qui se battent pour la diversité. 

Lire la suite

making exhibitions: behind the scenes

Découvrez les coulisses de Making Exhibitions, un film réalisé par Christine Yuan, cinéaste originaire de Los Angeles. Commencez par Just A Second, une exposition digitale commissionnée par Rebecca Lamarche-Vadel et inspirée parCHANEL Nº5 L'EAU et retrouvez de prestigieux acteurs et collectifs du monde de l’art : BUFU, Rozsa Farkas, Fatos Ustek, Angelina Dreem ou encore Yana Peel.

 

Lire la suite

rebecca lamarche-vadel présente
just a second

Rebecca Lamarche-Vadel est commissaire d’exposition au Palais de Tokyo à Paris. Elle organise des expositions à grande échelle où elle mêle installations, danse, sculpture, photographie et poésie. Pour The Fifth Sense, elle a créé une exposition numérique s’inspirant du pouvoir transformateur du parfum Nº 5 L’EAU de CHANEL

Lire la suite

le son de l’underground – rencontre avec les pionnières de la scène dance de Beyrouth

Dans ce qui était jadis un monde dominé par les hommes, la scène électro de la ville est désormais envahie par les femmes. Et c'est une très bonne nouvelle. 

Lire la suite

harriet horton, artiste taxidermiste

Fascinée par le pouvoir de subversion de la pratique taxidermiste, Harriet Horton entend bien renverser les stéréotypes qui collent à cette pratique. 

Lire la suite

nozomi iijima présente
les cinq paradoxes

Nozomi lijima, danseuse originaire d'Osaka, s'est inspirée de la complexité de CHANEL N°5 L'EAU. Son projet 5 Paradoxes, réalisé avec The Fifth Sense, en retranscrit la modernité et la sophistication atemporelles. 

Lire la suite

l’artiste jung lee fait des œuvres d'art avec vos secrets les mieux gardés

Les installations aux néons de l'artiste coréenne dévoilent les pensées qu'on tait trop souvent. Nous l'avons rencontrée pour en savoir plus sur sa démarche et son parcours. 

Lire la suite
Chargement...