margaux arramon-tucoo : une surfeuse, cinq sens

De Biarritz à Oceanside, Margaux sillonne les côtes du monde pour en dompter les plus belles vagues. 

À 25 ans, celle qui parcourt le monde à la recherche des plus belles vagues –  elle a grandi sur la côte Basque, s'est exilée en Californie et s'établira au large des côtes marocaines d'ici quelques mois – n'a rien à envier à ses homologues masculins. Sur sa planche, la surfeuse indocile et fière glisse d'un univers à l'autre et renoue avec ses sens. Nous avons rencontré Margaux Arramon-Tucoopour parler du surf et de sa nature fédératrice. 

1

L’eau suffit à me calmer et m’apaiser, même quand j’y entre de mauvaise humeur, j’en ressors heureuse

L'année de mes 10 ans, mon père m’a proposé de m’emmener sur la plage. C'était un soir d'été. Il a sorti du garage une vieille planche et m’a jetée dans les vagues. Petite, je pouvais passer plus de six heures dans l'eau, le temps d'une marée. La mer est une sorte d’univers parallèle... Certaines vagues m’envoient des décharges d’adrénaline et de plaisir. Le fait d’être dans l’eau pendant des heures m’entraine dans un état de transe et de méditation. Je ne pense à rien d'autre qu'à l'instant présent. 

2

Je passe mon temps à vadrouiller, partout à travers le monde 

La pratique du surf influence mon mode de vie : là ou j'habite et où je vais. J’ai grandi à Biarritz et déménagé plus au sud l’an dernier dans un petit village basque près de très bon spots de surf. Les jours clairs, au bord de la falaise, on peut apercevoir l’Espagne. Le soir je sors admirer le coucher de soleil. C’est dans ces moments-là que je mesure la chance qu’on a d’avoir une telle vue au bout de la rue. Comme les trips se font souvent à la dernière minute suivant les swells, j'ai souvent reçu des appels me disant que je partais pour l'autre bout du monde pour le lendemain. J'adore cette façon d'entrevoir la vie, au jour le jour mais je suis persuadée qu'il est important de se développer ailleurs, pour ne pas perdre pieds. Je réalise de nombreux projets artistiques et j’y consacre beaucoup plus de temps cette année – ça m’apporte une satisfaction différente et salvatrice. 

3

J'aime l'odeur du zinc sur le visage après des heures passées dans les vagues

L'été, quand le soleil tape et qu'on reste longtemps à l'eau, cette odeur est d'autant plus présente : c'est celle du sel, du zinc, et du soleil qui se collent à la peau et aux cheveux.

4

Avant de me jeter à l'eau, j'écoute des musiques qui m'apaisent ou me donnent de l'énergie 

Surtout de la musique du monde et des groupes indépendants. Si j'en écoute avant de surfer c’est souvent de la musique africaine et Afro beat, car elles ont le pouvoir de m’emmener ailleurs – Tinariwen, Ai Du, Atwar Abroba – et parfois du Nino Ferrer, Looking for You

5

De plus en plus de filles se mettent au surf et c'est une très bonne nouvelle

De nombreuses surfeuses m'ont aidé à croire en moi et prouvé que je pouvais moi aussi envisager une carrière dans le surf. J'ai également rencontré beaucoup de surfeurs et de photographes qui encouragent les femmes à s'emparer des vagues. Il y a de moins en moins de conflits entre surfeurs et surfeuses même si on doit encore se battre pour avoir les vagues ! 

Cette Semaine

dans l'intimité des femmes photographes

La réalisatrice de documentaires Chelsea McMullan a suivi Harley Weir pour capturer son processus créatif : face caméra, elle nous parle de ses inspirations, sa vision de la photographie et des femmes qui l'inspirent. 

Lire la suite

en coulisses avec lucy hardcastle

Découvrez la vidéo de la réalisatrice Liza Mandelup, Making Codes, qui revient sur la genèse du projet de l'artiste numérique et directrice créative Lucy Hardcastle : Matière Sacrée. Avec la productrice acclamée Fatima Al Qadiri, l'artiste Chris Lee et une poignée d'artistes numériques à suivre absolument. 

Lire la suite

en coulisses avec la réalisatrice eva michon

L'industrie du cinéma vue par les réalisatrices qui se battent pour la diversité. 

Lire la suite

making exhibitions: behind the scenes

Découvrez les coulisses de Making Exhibitions, un film réalisé par Christine Yuan, cinéaste originaire de Los Angeles. Commencez par Just A Second, une exposition digitale commissionnée par Rebecca Lamarche-Vadel et inspirée parCHANEL Nº5 L'EAU et retrouvez de prestigieux acteurs et collectifs du monde de l’art : BUFU, Rozsa Farkas, Fatos Ustek, Angelina Dreem ou encore Yana Peel.

 

Lire la suite

rebecca lamarche-vadel présente
just a second

Rebecca Lamarche-Vadel est commissaire d’exposition au Palais de Tokyo à Paris. Elle organise des expositions à grande échelle où elle mêle installations, danse, sculpture, photographie et poésie. Pour The Fifth Sense, elle a créé une exposition numérique s’inspirant du pouvoir transformateur du parfum Nº 5 L’EAU de CHANEL

Lire la suite

le son de l’underground – rencontre avec les pionnières de la scène dance de Beyrouth

Dans ce qui était jadis un monde dominé par les hommes, la scène électro de la ville est désormais envahie par les femmes. Et c'est une très bonne nouvelle. 

Lire la suite

harriet horton, artiste taxidermiste

Fascinée par le pouvoir de subversion de la pratique taxidermiste, Harriet Horton entend bien renverser les stéréotypes qui collent à cette pratique. 

Lire la suite

nozomi iijima présente
les cinq paradoxes

Nozomi lijima, danseuse originaire d'Osaka, s'est inspirée de la complexité de CHANEL N°5 L'EAU. Son projet 5 Paradoxes, réalisé avec The Fifth Sense, en retranscrit la modernité et la sophistication atemporelles. 

Lire la suite

l’artiste jung lee fait des œuvres d'art avec vos secrets les mieux gardés

Les installations aux néons de l'artiste coréenne dévoilent les pensées qu'on tait trop souvent. Nous l'avons rencontrée pour en savoir plus sur sa démarche et son parcours. 

Lire la suite
Chargement...