kiersey clemons, l'actrice magnétique de jellywolf

Comédienne et musicienne, la native de Los Angeles donne la réplique à la légendaire Lisa Bonet dans le film de la réalisatrice israelo-américaine Alma Har'el, Jellywolf. Ce court-métrage envoutant et onirique retranscrit la puissance de rêve dont recèle l'odorat. Un projet créé pour The Fifth Sense. 

L’actrice et musicienne Kiersey Clemons, 23 ans, représente le futur. Sacrée par le film Dope en 2015, présenté à Sundance, son ascension sur la scène cinématographique a été assurée par quelques rôles acclamés par la critique, notamment pour la série Transparent ou le drame sci-fi Extant, aux côtés de Halle Berry. Cette année marque un tournant dans sa carrière internationale : elle sera à l’affiche de deux blockbusters en hommage aux super-héros de DC Comics : Justice League et The flash. Elle est aussi la révélation du film Jellywolf d’Alma Har’el. Et sortira un EP avant la fin de l’année.  

Qu’est-ce qui t’a mené vers Jellywolf, le film d’Alma Har’el ? 

J’avais été émue par l’univers visuel d’Alma et je crois que la stimulation visuelle est primordiale pour ce genre de projet, où l’image intrigue et porte un message qui ne passe pas par les dialogues. Si le court-métrage avait été muet, le public aurait quand même compris l’intrigue. 

Tu connaissais le travail d’Alma Har’el avant de la retrouver pour ce projet ? 

Non, pour être honnête. Mais nous avions beaucoup d’amis communs elle et moi et tout s‘est enclenché très naturellement. Je pense qu’on sera amenées à retravailler ensemble rapidement, car nous sommes mutuellement tombées sous le charme de l’autre.

Que retiens-tu de cette expérience ? 

C’était très émancipateur. Avoir la chance de travailler avec Alma et pouvoir assister à la réalisation d’un film orchestré par une femme, être dirigée par elle, chose que je n’avais jamais expérimentée avant, a été très inspirant. Lisa Bonet a quant à elle insufflé à cette expérience une aura calme, féminine et merveilleuse. C’était sexy et puissamment féminin. J’ai adoré faire partie de ce voyage. 

Combien de temps le tournage a-t-il duré ? 

Nous avons tourné deux jours et tout s’est passé très vite. Une fois la prise réalisée, Alma passait à l’autre, sans transition. Pas du genre à perdre du temps. 

C'est agréable de travailler comme ça ?

Oui, très. Je pense que je préfère le cinéma aux séries. Le petit écran réclame un processus plus long : vous faites la même chose pendant des années ! Alors qu'un film peut être expédié en deux mois. C'est comme un shooting où le photographe ponctue chaque séquence de 'c'est la bonne', tout en continuant à tourner. Il faut saisir la bonne prise, sinon, la magie est perdue. Une bonne prise, c'est un peu magique. Les petites imperfections en font la beauté. 

Jellywolf a-t-il été tourné ? 

À Los Angeles, dans des lieux dont j'ignorais même l'existence, à Malibu. J'en ai oublié que j'étais à Los Angeles. 

Le magasin dans lequel se déroule le film m'a rappelé ceux qu'on retrouve à Los Angeles et proposent des expériences mystiques. 

Oui, c'est vrai ! Sur le tournage, l'équipe a transformé ce magasin de vins et spiritueux on superbe refuge psychédélique. Les décorateurs du film ont réellement fait un travail remarquable. 

L'odorat et la nostalgie sont pour moi inextricables.

J’ai adoré les multiples néons qu’on voit dans le film… 

Mais moi aussi ! J’aurais vraiment dû en voler un.

La première séquence du film est inscrite dans le réel mais soudain, une méduse tombe du ciel. C’est un phénomène qui se produit assez rarement dans la vraie vie, à bien y réfléchir. Clairement pas. C’est assez trippant, d’ailleurs.

Quel est ton lien avec les méduses ?

Je les connais bien. J’ai grandi en Floride, tout près d’une plage donc j’ai vite appris comment les éviter. J’ai vu des gens se faire piquer et ce n’est pas très joli à voir. Jusqu’ici je n’ai jamais été piquée : ni par une abeille, ni pas une méduse. Et je compte bien éviter ce genre de choses longtemps.

J’ai deux anecdotes médusées pour toi. Savais-tu que les méduses ont un odorat directement lié à leur système nerveux ? Elles n’ont ni cerveau, ni cœur mais peuvent renifler leurs proies.

Ce sont des sorcières ! Elles sont si étranges. Mystiques, même. Je m’en méfie comme de la peste. 

Ah oui et l'urine ne soulage absolument pas la douleur d'une piqûre de méduse. C'est un mythe.
Oh non ! Quelle horreur !

Le film retranscrit la force des souvenirs sensoriels et olfactifs et leur pouvoir onirique. C'est un univers qui t'est familier ?

Oh oui. L'odorat et la nostalgie sont pour moi inextricables. Une odeur peut me ramener à d'autres temps de ma vie, le parfum que portait ma mère enfant, une lotion que je portais à tel moment etc. Ma soeur et moi jouions toujours au jeu 'Que t'évoque cette odeur ?'

Dans le film, ton personnage choisit trois notes olfactives précises pour effectuer son voyage onirique :  la rose, le citron et le bois brûlé. Quelles notes choisirais-tu pour incarner ta vie à toi ?

Je pense que le bois serait présent. Ou bien une allumette, parce que suis Sagittaire, signe de feu. Je prendrais également des odeurs en lien avec ma lune, mon soleil et mon ascendant. Donc une allumette, un bout de bois et un poisson rouge pour le signe Verseau. Ou quelque chose provenant de l'ocean, pourquoi pas un coquillage ?

Je change de parfum à chaque nouveau tournage. J’essaie toujours de m’adapter à un nouvel environnement. Le fait d’en changer me permet de me sortir de moi-même.

Le personnage de Lisa Bonet porte un t-shirt estampillé du slogan ‘Les femmes sentent meilleur’. Tu es d’accord avec cette affirmation ?

Complètement. D’ailleurs ce n’est pas pour rien que je porte ce t-shirt aujourd’hui ! Je l’adore. Il m’en fallait un, absolument. Ironie du sort : mes aisselles auraient besoin d’un coup de déodorant en ce moment – je n’en ai pas mis ce matin. Donc ce n’est pas toujours vrai; mais j’aime particulièrement l’odeur de transpiration d’un homme. Enfin, tout dépend de l’homme évidemment.

Tu penses que les femmes sont plus en phase avec leurs sens que les hommes ? Plus instinctives ?

Oui, sans aucun doute. Surtout les femmes enceintes, dont les sens sont en perpétuel éveil. Je ne suis pas certaine qu’un homme ait déjà vécu telle expérience.

Les odeurs participent-elles à te plonger dans un personnage ? Est-ce que par exemple, le fait de sentir une odeur particulièrement te permet d’accéder à des émotions plus fortes, comme la tristesse ou la colère ?

Je change de parfum à chaque nouveau tournage. J’essaie toujours de m’adapter à un nouvel environnement, et l’odeur joue un rôle essentiel dans cette métamorphose. Le fait d’en changer me permet de me sortir de moi-même.

Es-tu prête à devenir une star internationale ? On te verra bientôt dans Justice League et The Flash…

Oui, je me sens prête. Les deux dernières années ont été assez éprouvantes pour moi, je n’étais pas préparée à tout ça. Ni à m’auto-promouvoir, par exemple. Mais je pense que j’ai pris la main. Je suis très excitée par l’année à venir !

On te reverra à l’écran dans la série Transparent ?

Je ne sais pas. j’adorerais ! Mais il est difficile de trouver le temps nécessaire au tournage d'une série. Nous faisions partie d'une bande, jusqu'à ce que la vie de Josh s'effondre. Et puis je jouais la fille de Melora Hardin et elle ne fait plus partie de la famille. 

D'où ton envie de faire de la musique ? 

Oui. Je sors un EP au printemps, peut-être au moment du Spring Break. Les morceaux que j'ai écrits rappellent l'atmosphère des feux de joie à cette période de l'année, reposants et sensuels à la fois. Je suis hyper impatiente à l'idée de sortir cet EP, c'est une première pour moi et j'ai attendu longtemps avant de trouver ma voix. Je suis anxieuse mais excitée. Ça va être génial. 

Cette Semaine

dans l'intimité des femmes photographes

La réalisatrice de documentaires Chelsea McMullan a suivi Harley Weir pour capturer son processus créatif : face caméra, elle nous parle de ses inspirations, sa vision de la photographie et des femmes qui l'inspirent. 

Lire la suite

en coulisses avec lucy hardcastle

Découvrez la vidéo de la réalisatrice Liza Mandelup, Making Codes, qui revient sur la genèse du projet de l'artiste numérique et directrice créative Lucy Hardcastle : Matière Sacrée. Avec la productrice acclamée Fatima Al Qadiri, l'artiste Chris Lee et une poignée d'artistes numériques à suivre absolument. 

Lire la suite

en coulisses avec la réalisatrice eva michon

L'industrie du cinéma vue par les réalisatrices qui se battent pour la diversité. 

Lire la suite

making exhibitions: behind the scenes

Découvrez les coulisses de Making Exhibitions, un film réalisé par Christine Yuan, cinéaste originaire de Los Angeles. Commencez par Just A Second, une exposition digitale commissionnée par Rebecca Lamarche-Vadel et inspirée parCHANEL Nº5 L'EAU et retrouvez de prestigieux acteurs et collectifs du monde de l’art : BUFU, Rozsa Farkas, Fatos Ustek, Angelina Dreem ou encore Yana Peel.

 

Lire la suite

rebecca lamarche-vadel présente
just a second

Rebecca Lamarche-Vadel est commissaire d’exposition au Palais de Tokyo à Paris. Elle organise des expositions à grande échelle où elle mêle installations, danse, sculpture, photographie et poésie. Pour The Fifth Sense, elle a créé une exposition numérique s’inspirant du pouvoir transformateur du parfum Nº 5 L’EAU de CHANEL

Lire la suite

le son de l’underground – rencontre avec les pionnières de la scène dance de Beyrouth

Dans ce qui était jadis un monde dominé par les hommes, la scène électro de la ville est désormais envahie par les femmes. Et c'est une très bonne nouvelle. 

Lire la suite

harriet horton, artiste taxidermiste

Fascinée par le pouvoir de subversion de la pratique taxidermiste, Harriet Horton entend bien renverser les stéréotypes qui collent à cette pratique. 

Lire la suite

nozomi iijima présente
les cinq paradoxes

Nozomi lijima, danseuse originaire d'Osaka, s'est inspirée de la complexité de CHANEL N°5 L'EAU. Son projet 5 Paradoxes, réalisé avec The Fifth Sense, en retranscrit la modernité et la sophistication atemporelles. 

Lire la suite

l’artiste jung lee fait des œuvres d'art avec vos secrets les mieux gardés

Les installations aux néons de l'artiste coréenne dévoilent les pensées qu'on tait trop souvent. Nous l'avons rencontrée pour en savoir plus sur sa démarche et son parcours. 

Lire la suite
Chargement...