les 7 commandements pour réussir dans la musique en 2016

Originaire de Suède, Sophia Somajo écrit, compose et enregistre sa musique expérimentale quand elle ne prête pas sa plume aux plus grandes pop stars. Elle nous délivre ses tips pour devenir une pro du DIY en 2016.

Stockholm regorge de talents subversifs et artistiques en tout genre. La musicienne Sophia Somajo, dont les mélodies pop et expérimentales poétisent le paysage sonore local, est l’un d’entre eux. Son premier album, The Laptop Diaries, sorti en 2008, était comme son nom l’indique, un pur produit DIY que Sophia a composé et enregistré seule, sur son ordinateur et dans sa chambre. Trois ans plus tard, en proie à l’anxiété et la dépression, elle s’est détournée d’un premier label pour se focaliser sur sa passion première l’écriture. Elle a prêté sa plume aux plus grandes pop stars, sorti son brillant et hybride TTIDSDIEUIC (l’acronyme hilarant de “That Time I Dug So Deep I Ended Up in China”) en libre accès sur la plateforme Pirate Bay. Sophia touche à tout. Elle ne s’occupe pas seulement de sa musique et dirige toute seule la plupart de ses clips (c’est elle, encore, qui s’est tiré le portrait à l’occasion de notre interview). Tandis qu’elle s’apprête à sortir son nouvel EP electropop Freudian Slip Vol 1 et un son premier single, Mouth To Mouth, bientôt sur nos écrans, Sophia Somajo balance ses 7 tips pour devenir une boss du DIY en 2016.

Fais-toi confiance

L’intuition est primordiale, essentielle. Elle l’est pour moi lorsque j’écris et que je compose. Je commence toujours en improvisant des refrains, avant de les retravailler ensuite. Mais je fais confiance à mon instinct. Pour le meilleur comme pour le pire. Je suis quelqu’un de très sensible au bruit, à la lumière, aux odeurs. En musique, c’est une grande force, comme il est appréciable d’être sensible aux nuances de couleur lorsqu’on est artiste peintre. Ma sensibilité est un rouage essentiel à ma création – bien qu’elle me submerge parfois. Les odeurs m’inspirent ; j’ai écrit des tonnes de paroles sur l’odeur des gens. Dans une de mes chansons, je parle de ma rencontre avec un étranger qui « sent la même odeur que chez moi. » Les odeurs des inconnus ont le pouvoir de m’évoquer ce qui m’est familier. C’est comme un souvenir dans le futur. 

Les limites sont ta force

Je pars toujours en me disant que je vais perdre. Comme je fais tout par moi-même, et surtout lorsque je réalise mes clips, les limites sont d’autant plus présentes. Je rassemble toutes mes idées, en vrac, et puis je shoote. J’ai compris que les limites étaient un moteur de créativité très puissant. Tous les grands artistes, musiciens, poètes, peintres, sont ceux qui sont partis de rien ou presque, pour en faire un chef d’œuvre. Ils prenaient tout ce qu’ils avaient à leur disposition pour s’exprimer. En ce moment, je vois plein de clips qui ont couté très chers et qui sont vraiment terribles. J’aime les choses simples, les idées claires – tout ça se passe de grands moyens. Je ne peux pas me permettre d’utiliser la lumière artificielle mais ça me permet de faire plus attention aux lueurs du ciel, du soleil, au temps qui file. Lorsque je monte mes clips, je retire chaque séquence trop trafiquée. 

L’ambition paie toujours

J’ai écrit et composé TTIDSDIEUIC dans ma chambre à une période de ma vie où j’étais clairement devenue misanthrope. Avec l’argent de mon premier album, j’ai acheté un microphone et j’ai composé avec ce que j’avais en tête. J’étais représentée par un label à l’époque mais j’avais envie d’être livrée à moi-même. La plateforme The Pirate Bay venait tout juste de lancer un truc intitulé The Promo Bay et les artistes qui s’y trouvaient avaient l’air de s’en sortir. Donc j’ai enquêté un peu et j’ai utilisé la plateforme. Tous les kids anti-social qui trainaient là et moi-même voulaient sortir leur album ici. Je ne voulais pas me faire de l’argent, je voulais que le monde entende ce que j’avais à dire et me dise ce qu’il en pense. C’était un gros risque à prendre parce que pas mal de gens de mon équipe ne savaient pas que j’avais produit l’album seule, sans personne. Que je l’avais écrit, composé et enregistré dans ma chambre. J’avais également réussi à vendre ma plume à de très grands artistes qui m’ont donné l’opportunité financière d’écrire mon album dans mon coin sans que j’aie à me soucier de l’argent qu’il génèrerait ou non. J’ai tout donné pour y parvenir. Et ça a payé. 

Ne t’invente pas de plan B

Je pense que se donner l’excuse d’un plan B est une échappatoire néfaste à la créativité. Du moins, au tout début d’une possible carrière artistique. En dix ans je n’ai jamais eu d’autre revenu que celui que me rapportait la musique. Autant dire, pas grand chose ! Mais en m’immisçant seule dans l’univers de la musique, j’ai fini par rencontrer de très chouettes personnes et j’ai compris que certains sons qui n’avaient pas marché pour moi mais que je pouvais l’offrir aux autres. Au départ, je ne travaillais qu’avec des amis. J’étais très difficile à l’époque. Tout était fade, insipide à mes yeux. Je n’aurais jamais pensé faire un jour de la pop. Je ne pouvais jamais m’impliquer dans un projet sans me dénigrer, abandonner. Mais j’ai changé et l’industrie aussi. j’ai grandi et je me suis enfin prise au sérieux. 

Aies confiance en ton public

Quand j’ai écrit mon premier album, je n’étais encore signée nulle part. l’album était déjà prêt à être sorti. Et mon second album en cours allait être signé chez un grand label. Mais voilà, j’ai choisi de simplifier les choses et surtout, de rester intègre à ce que j’ai toujours été. Je voulais tout produire et composer toute seule. Comme au tout début. Aujourd'hui, le public décide de ce qu'il entend par "pop music". Il fau tleur faire confiance et surtout, être à l'écoute. 

Prépares-toi à batailler mais sois-en fière

Je suis une battante mais je bataille avec fierté. Je dirais aux jeunes filles qui s'apprêtent à faire de la musique de se battre pour leur intégrité. Si je milite, c'est pour mon intégrité – c'est la chose la plus précieuse qu'on ait, mais aussi la plus friable. Si tu veux devenir la nouvelle Rihanna demain, prépare-toi à batailler dur pour faire entendre ce que tu es, ce que tu fais, ce que tu donnes. Ne deviens pas celle à qui on doit tendre la main pour qu'elle se mette au travail. Fais les choses par toi-même et sois-en fière. 

Tout le monde fait de la musique aujourd’hui, démarque toi

Quand j'ai commencé ma carrière dans la musique, toutes les plateformes participatives sur la toile n'existaient pas encore. Et puis Myspace est arrivé, et je suis heureuse qu'il ait disparu des recherches Google aujourd'hui... La magie d'internet ! C'est très important de s'en servir mais il faut bien réfléchir avant d'offrir sa musique au monde entier. Ne fais pas les choses en pensant que la reconnaissance et le succès en découlent nécessairement. Sois patiente et ne cède pas à la culture de l'instantané. 

Cette Semaine

dans l'intimité des femmes photographes

La réalisatrice de documentaires Chelsea McMullan a suivi Harley Weir pour capturer son processus créatif : face caméra, elle nous parle de ses inspirations, sa vision de la photographie et des femmes qui l'inspirent. 

Lire la suite

en coulisses avec lucy hardcastle

Découvrez la vidéo de la réalisatrice Liza Mandelup, Making Codes, qui revient sur la genèse du projet de l'artiste numérique et directrice créative Lucy Hardcastle : Matière Sacrée. Avec la productrice acclamée Fatima Al Qadiri, l'artiste Chris Lee et une poignée d'artistes numériques à suivre absolument. 

Lire la suite

en coulisses avec la réalisatrice eva michon

L'industrie du cinéma vue par les réalisatrices qui se battent pour la diversité. 

Lire la suite

making exhibitions: behind the scenes

Découvrez les coulisses de Making Exhibitions, un film réalisé par Christine Yuan, cinéaste originaire de Los Angeles. Commencez par Just A Second, une exposition digitale commissionnée par Rebecca Lamarche-Vadel et inspirée parCHANEL Nº5 L'EAU et retrouvez de prestigieux acteurs et collectifs du monde de l’art : BUFU, Rozsa Farkas, Fatos Ustek, Angelina Dreem ou encore Yana Peel.

 

Lire la suite

rebecca lamarche-vadel présente
just a second

Rebecca Lamarche-Vadel est commissaire d’exposition au Palais de Tokyo à Paris. Elle organise des expositions à grande échelle où elle mêle installations, danse, sculpture, photographie et poésie. Pour The Fifth Sense, elle a créé une exposition numérique s’inspirant du pouvoir transformateur du parfum Nº 5 L’EAU de CHANEL

Lire la suite

le son de l’underground – rencontre avec les pionnières de la scène dance de Beyrouth

Dans ce qui était jadis un monde dominé par les hommes, la scène électro de la ville est désormais envahie par les femmes. Et c'est une très bonne nouvelle. 

Lire la suite

harriet horton, artiste taxidermiste

Fascinée par le pouvoir de subversion de la pratique taxidermiste, Harriet Horton entend bien renverser les stéréotypes qui collent à cette pratique. 

Lire la suite

nozomi iijima présente
les cinq paradoxes

Nozomi lijima, danseuse originaire d'Osaka, s'est inspirée de la complexité de CHANEL N°5 L'EAU. Son projet 5 Paradoxes, réalisé avec The Fifth Sense, en retranscrit la modernité et la sophistication atemporelles. 

Lire la suite

l’artiste jung lee fait des œuvres d'art avec vos secrets les mieux gardés

Les installations aux néons de l'artiste coréenne dévoilent les pensées qu'on tait trop souvent. Nous l'avons rencontrée pour en savoir plus sur sa démarche et son parcours. 

Lire la suite
Chargement...