la norvège fabrique la pop du futur

La scène musicale scandinave est en ébullition depuis quelque temps maintenant : mais si l’on vante souvent les mérites de la pop suédoise ou islandaise, c’est en Norvège que nous nous sommes arrêtés pour rencontrer 6 femmes qui redéfinissent à leur manière les contours de la scène musicale nordique et promettent de beaux jours à la pop. Rencontre.

De concerts en concerts, nous avons rencontré 5 musiciennes qui, chacune à leur manière, incarnent l’avant-gardisme de la scène musicale norvégienne actuelle. La première s’appelle Sigrid. Du haut de ses 20 ans, la jeune musicienne a déjà sorti le tube pop que vous attendiez probablement tous en secret, le guerrier Don't Kill My Vibe. La seconde, Miss Tati ou Tatiana Palanca, mêle la soul au R’n’B depuis 2015 et dans son album post-genre Shakedown. Quant à PURPURRPURPLE, que ses copines connaissent mieux sous le nom d’Annette Kvithyll, est une des Djs les plus acclamées de Scandinavie. Emma Jensen a commencé sa carrière il y a quelques mois mais s’est déjà fait remarquer avec son titre autoproduit Closer. Anna Lotterud, membre du duo pop et sulfureux Anna Of The North, a conquis la toile baltique avec ses morceaux aux mélodies évanescentes.

Je veux aller au-delà des frontières musicales et purifier nos âmes - PURPURRPURPLE

La scène musicale scandinave recèle de jeunes talents féminins. À quoi est due cette effervescence, selon vous ?

Sigrid : Le soutien aux initiatives et projets culturels en fait partie. À Bergen par exemple, nous avons Brak, qui promeut pas mal de nouveaux artistes. AKKS est une plateforme exclusivement dédiée aux filles qui propose de nombreuses résidences. On est très encouragées en tant que musiciennes.

Miss Tati: Ça a aussi à voir avec l’histoire de la Norvège, celle des Vikings et des femmes qui ont toujours tenu la maison. C’est aussi à l’image des rapports hommes femmes ici. Les femmes n’ont pas peur de s’affirmer, elles savent ce qu’elles veulent. Et bien sûr c’est vrai, la culture est vivement encouragée chez nous.

PURPURRPURPLE : C’est assez génial de voir autant d’artistes avant-gardistes et innovants en Scandinavie. Je pense que c’est aussi dû au fait qu’on a été un peu laissés de côté et qu’on a dû bosser dur pour se faire entendre.

Emma Jensen : On a un vrai sens des paroles, des mélodies ici. On a été très tôt encouragées à faire de la musique à l’école. Je joue du violon depuis mes 6 ans, la guitare a suivi, l’écriture aussi. J’ai toujours été assez timide envers mes créations mais je m’ouvre de plus en plus.

Anna Of The North : On a toujours été bons mais ce n’est que maintenant qu’on commence à s’intéresser à nous. J’ai vécu à Melbourne il y a quatre ans et les Australiens commençaient tout juste à s’intéresser au design suédois et norvégien. C’est vrai qu’il est impeccable.

Quelles ont été les icônes féminines de votre adolescence ?

Sigrid : Joni Mitchell, sans hésitation. Parce que mes parents l’aimaient. Adele est la première artiste que j’ai découverte donc elle a vraiment joué un grand rôle dans ma vie. Je me souviens d’avoir entendu Rolling In The Deep sur iTunes puis d’avoir reçu son album en cadeau. Cette chanson me ramène à un instant très précieux de ma vie.

Miss Tati : Il y en a tellement ! À commencer par Lauryn Hill et Erykah Badu pour leur indépendance et leur audace. J’aime énormément Sade. Et Sarah Vaughan, pour sa force et le fait qu’elle ait tracé sa route dans le jazz, un milieu essentiellement masculin.

Emma Jensen : J’ai toujours aimé Emmylou Harris et Eva Cassidy. Et bien sûr, Amy Winehouse. Bien que ma plus grande inspiration musicale ait été Johnny Cash.

Anna Of The North : Céline Dion. Si je voulais ressentir un trop-plein d’émotions, je n’avais qu’à mettre Because You Loved Me ou Beauty & The Beast.

Est-ce que la Norvège est un pays qui vous inspire ?

Sigrid : Complètement. La nature m’a toujours inspirée, bien que mes paroles ne le laissent pas sentir. J’aime être en contact avec la nature, sans téléphone. C’est la meilleure façon d’être en phase avec le monde. On est dans l’instant présent, on réfléchit mieux à ce qui se passe autour de soi.

Miss Tati : Oui, la Norvège m’inspire. Voir tous ces musiciens se bouger impose le respect. Dans ma ville natale, Bergen, il existe une grande variété de scènes musicales et tout le monde s’entend et se soutient.

PURPURRPURPLE : En réalité, pas tant que ça. C’est un pays dans lequel je ne me sens pas trop à ma place. Je préfère voyager, voir au-delà des frontières. En ce moment, je regarde beaucoup du côté de la Suède.

Emma Jensen : La Norvège m’inspire autant que mes voyages. Peut-être que plus tard j’irai vivre à Los Angeles.

Anna Of The North : Ouais. Enfin pour être honnête, je n’y ai jamais vraiment réfléchi. C’était assez gênant de me retrouver à Melbourne et de rencontrer des gens qui me parlaient de mon pays mieux que moi. Mais devenir adulte c’est ça aussi, on s’aperçoit qu’on s’ouvre à d’autres choses que l’amour et les garçons ! Aujourd’hui, j’ai envie de voir d’autres choses, plus de choses. 

La plupart de mes paroles sont assez mélancoliques, ce sont les émotions qui ressortent le plus dans ma musique - Emma Jensen

Vous préférez la ville à la nature ?

Sigrid: La nature, sans aucun doute. Même si je me sens bien en ville. J’aime trop les gens pour me terrer à la campagne.

Miss Tati : Aujourd’hui je me sens mieux dans la nature mais je vis toujours en ville. Bergen est entourée de montagnes, donc le week-end, je me fais des trips escalade et randonnée pour me vider la tête et me retrouver avec moi-même.

PURPURRPURPLE : La ville. J’aime les contre-cultures qui s’y déploient, l’underground. Je suis une fille de la ville maintenant. Je suis née à la campagne, j’ai tiré un trait dessus !

Emma Jensen : Les deux. J’adore aller à la campagne mais j’aime quand il se passe des choses. J’ai besoin de m’agiter, d’écrire. Il me suffit d’être dans le bus ou de marcher dans la rue pour trouver des idées.

Anna Of The North : Pareil pour moi. J’ai la chance d’avoir un chalet dans les montagnes donc je m’y rends avec plaisir pour souffler un peu. Récemment, je m’y suis rendu seule et j’ai escaladé : c’était magnifique. Mais j’aime l’énergie et le bouillonnement de la ville, je ne peux pas m’en passer.

Si vous aviez la chance de collaborer avec d’autres artistes norvégiens, lesquels seraient-ils ?

Sigrid : Aurora ! On en a déjà parlé ensemble : il faut qu’on bosse toutes les deux ! Astrid S et Susanne Sundfør feraient d’excellentes collaboratrices aussi.

PURPURRPURPLE : Il y a énormément avec qui je me vois collaborer.

Emma Jensen : Pourquoi pas Cashmere Cat.

Anna Of The North : Moi j’adore Sigrid. Avant qu’elle sorte ses chansons, elle faisait déjà de la musique et je la suis depuis le début. Je suis fan de son énergie et de son aura.

Supposons qu’une loi interdise la production de musique demain. Que feriez-vous ?

Sigrid : Je m’inscrirais peut-être dans une fac de droit. J’étais destinée à devenir avocate, c’était mon rêve d’enfant. Je n’ai jamais pensé que je finirais par être musicienne. Ça ne me paraissait pas viable du tout. Mais voilà, maintenant j’y suis et j’aime ce que je fais.

Miss Tati : Bonne question… Je me vois bien dans une ferme à m’occuper des animaux et faire pousser mes légumes.

PURPURRPURPLE : Je ferais de la batterie. Comment ça, c’est de la musique ? Ok alors je ferais de la peinture. J’adore coudre et faire mes propres vêtements donc je pourrais me reconvertir.

Emma Jensen : Mais je viens tout juste de commencer ! J’animerais une émission de radio alors. Mais dans laquelle je ne pourrais passer aucun son ?! Ça va, c’est cool : je comblerais les vides en parlant beaucoup !

Anna Of The North : Je me mettrais au graphisme, c’est déjà ce que je fais à côté en ce moment.

Je veux que ma musique émeuve les gens, qu'elle les touche ou leur donne envie de bouger - Miss Tati

C’était quand et quoi le dernier morceau qui vous a fait pleurer ?

Miss Tati : Il y a tellement de morceaux qui me font pleurer ! Mais dans le bon sens. Si j’aime quelque chose profondément, je pleure. Le titre Don't Fall Into The Dark So Quick me fend le cœur parce qu’il parle de dépression. Et beaucoup de mes amis en ont un jour été atteints.

PURPURRPURPLE : il y a quelques années déjà. Ces temps-ci, je suis plus agressive et de fait, ma vibe a changé. Moins de lamentations, plus d’action ! C’est mon mantra.

Emma Jensen : Si je suis d’humeur émotive je pleure à chaque chanson. Soyons honnêtes.

Anna Of The North : J’ai beaucoup écouté ce titre Karma Krys de Young M.A. Il m’émeut beaucoup.

Vous direz que vous êtes en phase avec vos sens ?

Sigrid : Tout à fait. Même si ce n’est pas toujours essentiel quand on compose, être en phase avec ses sens permet d’être plus intimiste, personnelle dans sa musique. Il faut être à l’aise avec ses émotions. C’est assez difficile de garder les pieds sur terre quand tout va si vite, mais je reste convaincue qu’il faut rester intègre à soi-même et accepter d’être émotive – qu’on soit super heureuse ou super triste.

Miss Tati : Je crois que oui. Je pense que les musiciens gagnent à être ouverts et en phase avec leurs sens. Il faut être conscient du monde extérieur et intérieur pour créer librement.

Emma Jensen : Je suis du genre extrême. Et je pense que c’est nécessaire de l’être quand on compose. La plupart de mes paroles tournent autour de mes émotions, des émotions sombres que je conjure en créant. Je n’ai pas encore écrit de morceau gai.

Anna Of The North : Je suis très en phase avec mes sens. Quand j’ai su que les abeilles pouvaient mourir, ça m’a rendue très triste. Je peux pleurer devant un petit chien, devant n’importe quoi qui me touche. Il y a un mec qui joue de l’accordéon sous un pont près de chez moi et j’ai chaque jour un peu plus peur qu’il n’y soit plus. Tout a le pouvoir de m’émouvoir. 

Qu’est-ce que vous souhaitez transmettre à travers votre musique ?

Sigrid : Je n’ai jamais pensé que j’avais quelque chose d’important à défendre. J’espère que ceux qui m’écoutent se retrouveront dans mes chansons. Je couche mes pensées sur le papier mais je pense que chacun peut s’y identifier. J’ai 20 ans et j’écris sur ce que j’ai vécu à l’école, un thème qui me plait et qui parcourt mes chansons. Je parle à ma génération, à tout ce qui peut la toucher ou la heurter – je veux parler des discriminations que j’ai moi-même vécues.

Miss Tati : Avant tout, de la joie. Je veux que ma musique transporte ceux qui l’écoutent, fasse battre leur cœur ou bouger leur corps. 

PURPURRPURPLE : Je veux détruire les barrières et purifier les âmes. Je n’ai pas envie qu’ils se sentent forcément bien en m’écoutant. Plutôt qu’ils repoussent leurs limites. Les sonorités que j’emploie ne sont pas toujours évidentes.

Anna Of The North : Y’a-t-il une réponse à cette question ? La vérité, c’est que je ne sais absolument pas ce que j’essaie de transmettre. Dans l’idéal, j’aimerais pouvoir écrire des morceaux qu’on peut écouter quand on va très mal ou très bien.

De quelle couleur est votre musique ?

Sigrid: Mon prof de chant m’a dit un jour que ma voix était indigo. J’ai un timbre chaud qui aurait tendance à tirer vers le rouge mais au fond, on peut y déceler du bleu. Peut-être que ma musique est elle aussi indigo.  

Miss Tati : Bourgogne.  

PURPURRPURPLE : Rouge. Mais avant c’était violet.

Emma Jensen : Un mélange de rose et bleu layette.

Anna Of The North : Je dirais rose même si ça sonne nunuche. J’aurais préféré qu’elle soit bleu clair. Pas bleu layette, plutôt turquoise. 

On a toujours été bons, mais les gens commencent tout juste à s'intéresser à nous - Anna of the North

Quel est le premier truc que vous sauveriez d’un incendie chez vous ?

Sigrid : Mon téléphone. J’aurais aimé dire un truc plus poétique mais tout est là-dedans.

Miss Tati : C’est terrible, je sais, mais probablement mon téléphone. Ou mon ordinateur. Vu que j’ai toute ma musique et mes paroles dessus.

PURPURRPURPLE : Mon ordi. C’est ma vie.

Emma Jensen : Mon MacBook. J’y ai toute ma musique. Mon chien et mon MacBook quoi.

Anna Of The North : Frank, mon oiseau. En plastique. Je le tiens d’un ami et parfois, je m’amuse à me le mettre sur la tête. Non en vrai je sauverais mon disque dur externe.

Quelles sont les odeurs qui vous ramènent à votre enfance ?

Sigrid : L’air marin. Je me revois enfant face à la mer.

Miss Tati : La cannelle, parce que ma mère fait les meilleurs gâteaux aux pommes de la terre.

PURPURRPURPLE : Le bois et le charbon. Je viens du nord de la Norvège, d’une petite ville qui s’appelle Hell, d’où l’odeur de brûlé qui me ramène à l’enfance !

Emma Jensen : L’odeur de ma mère. On a beaucoup déménagé mais elle faisait toujours tout pour qu’on se sente chez soi. 

Si vous deviez lister vos trois parfums préférés ?

Sigrid : Les plats faits maison de mes parents, surtout les champignons et les pancakes. Et puis l’océan, toujours. Et l’air frais de la Norvège.

Miss Tati : La menthe. Et toutes les odeurs qui m’aèrent les sinus.

Emma Jensen : Ce savon spécial pour nettoyer le sol… En norvégien, on le surnomme « Soupe verte ». J’aime tellement cette odeur ! Et celle du dissolvant, de l’essence…

Anna Of The North : Le parfum d’un garçon que j’aime. Tous les garçons que j’ai rencontrés dans ma vie portent le même : c’est un parfum de vent frais typiquement norvégien.

C’est assez difficile de garder les pieds sur terre quand tout va si vite, mais je reste convaincue qu’il faut rester intègre à soi-même et accepter d’être émotive – qu’on soit super heureuse ou super triste – sigrid

Si vous perdiez un de vos 5 sens demain matin, lequel vous manquerait le moins ? 

Sigrid : J’ai déjà pensé à cette possibilité et je m’aperçois qu’avoir ses 5 sens est une vraie chance. La vue, probablement. Même si j’ai un peu peur du noir. Peut-être que le toucher me manquerait moins…

Miss Tati : Aucun ! Mais s’il fallait vraiment en oublier un, le toucher sans doute.

PURPURRPURPLE : Le goût.

Emma Jensen : Je veux continuer à voir et entendre...Mais si on ne sent plus rien on a plus le goût de rien, non ? Peut-être le goût.

Anna Of The North : Le goût, probablement. Même si j’en mourais ! Jamais je ne pourrais me passer du toucher. 

Où vous voyez-vous dans deux ans ?

Sigrid : En tournée avec ma meilleure amie et mon groupe. Avec un album en prime.

Miss Tati : En tournée partout dans le monde.

PURPURRPURPLE : En voyage avec plein de morceaux en tête.

Emma Jensen : J’aimerais être en tournée, voyager aussi. Dans l’idéal, avec une sortie d’album prévu.

Anna Of The North : J’aimerais voyager partout à travers le monde, rencontrer de nouvelles personnes. On compte sortir un album d’ici à la fin de l’été prochain

Cette Semaine

dans l'intimité des femmes photographes

La réalisatrice de documentaires Chelsea McMullan a suivi Harley Weir pour capturer son processus créatif : face caméra, elle nous parle de ses inspirations, sa vision de la photographie et des femmes qui l'inspirent. 

Lire la suite

en coulisses avec lucy hardcastle

Découvrez la vidéo de la réalisatrice Liza Mandelup, Making Codes, qui revient sur la genèse du projet de l'artiste numérique et directrice créative Lucy Hardcastle : Matière Sacrée. Avec la productrice acclamée Fatima Al Qadiri, l'artiste Chris Lee et une poignée d'artistes numériques à suivre absolument. 

Lire la suite

en coulisses avec la réalisatrice eva michon

L'industrie du cinéma vue par les réalisatrices qui se battent pour la diversité. 

Lire la suite

making exhibitions: behind the scenes

Découvrez les coulisses de Making Exhibitions, un film réalisé par Christine Yuan, cinéaste originaire de Los Angeles. Commencez par Just A Second, une exposition digitale commissionnée par Rebecca Lamarche-Vadel et inspirée parCHANEL Nº5 L'EAU et retrouvez de prestigieux acteurs et collectifs du monde de l’art : BUFU, Rozsa Farkas, Fatos Ustek, Angelina Dreem ou encore Yana Peel.

 

Lire la suite

rebecca lamarche-vadel présente
just a second

Rebecca Lamarche-Vadel est commissaire d’exposition au Palais de Tokyo à Paris. Elle organise des expositions à grande échelle où elle mêle installations, danse, sculpture, photographie et poésie. Pour The Fifth Sense, elle a créé une exposition numérique s’inspirant du pouvoir transformateur du parfum Nº 5 L’EAU de CHANEL

Lire la suite

le son de l’underground – rencontre avec les pionnières de la scène dance de Beyrouth

Dans ce qui était jadis un monde dominé par les hommes, la scène électro de la ville est désormais envahie par les femmes. Et c'est une très bonne nouvelle. 

Lire la suite

harriet horton, artiste taxidermiste

Fascinée par le pouvoir de subversion de la pratique taxidermiste, Harriet Horton entend bien renverser les stéréotypes qui collent à cette pratique. 

Lire la suite

nozomi iijima présente
les cinq paradoxes

Nozomi lijima, danseuse originaire d'Osaka, s'est inspirée de la complexité de CHANEL N°5 L'EAU. Son projet 5 Paradoxes, réalisé avec The Fifth Sense, en retranscrit la modernité et la sophistication atemporelles. 

Lire la suite

l’artiste jung lee fait des œuvres d'art avec vos secrets les mieux gardés

Les installations aux néons de l'artiste coréenne dévoilent les pensées qu'on tait trop souvent. Nous l'avons rencontrée pour en savoir plus sur sa démarche et son parcours. 

Lire la suite
Chargement...