photographe, edie sunday s'immisce dans notre inconscient

Psychothérapeute et photographe, la texane Edie Sunday tente de retranscrire l'insoutenable légèreté de l'inconscient à travers ses images. 

Fascinée par la photographie et la psychologie dès l’adolescence, la photographe originaire d’Austin Edie Sunday, aujourd’hui âgée de 26 ans,  a dû faire un choix après le lycée. « J’ai choisi psycho à la fac parce que je m’étais déjà mise à prendre des photos. Je me suis donc dit que je pouvais me passer des cours. » Une décision qu’elle n’a jamais regretté puisque l’étude de la psychologie l’a confrontée à ses propres peurs, angoisses, limites. « J’ai beaucoup appris sur ma personne, évalué mes capacités et mes possibles, plus, je crois, que ne me l’aurait permis une école d’art, assure-t-elle. J’ai réussi à conjurer ma timidité et à partager mon travail aux autres. » Aujourd’hui psychothérapeute, Edie trouve le temps de passer son diplôme de photographie – un processus qu’elle estime semblable à celui d’une thérapie.

Née et élevée dans la banlieue de Houston, Edie a très vite ressenti le besoin de s’échapper du quotidien de son enfance. L’endroit qui a retenu toute son attention et cristallisé ses désirs d’ailleurs adolescents n’est autre qu’Austin. Une ville dont, selon elle, les paysages et les couchers du soleil égalent ‘ceux qu’on a l’habitude de voir à Hawaï’. À l’instar de ses émotions, les images d’Edie évoquent le calme et la toute-puissance d’une nature foisonnante, tout en couleurs, dans laquelle se perdent les sujets que la photographe choisit de faire poser. 

L’acte de photographier, pour Edie, est une façon de mettre en images ‘cet instant, entre le rêve et le réveil, la nuit et le jour, lorsqu’on est encore à demi-inconscient et que notre imaginaire vaque encore à ses drôles d’occupations.’ Dans le sillon du surréalisme, Edie explore les méandres de notre inconscient tout en réinscrivant l’onirisme dans une réalité bien tangible : « Aujourd’hui, je me sens plus à l’aise avec mes images et j’essaie de m’inspirer de ce qui m’entoure. J’emmène mon  appareil photo et j’enregistre des fragments de la réalité qui se trouve sous mes yeux. »

Dans la ville d’Austin, qui l’a adoptée, Edie évoque le plaisir qu’elle a à franchir les portes de l’aéroport lorsqu’elle s’en est éloignée, l’odeur si particulière des retours de vacances et qui la saisit alors. « C’est un endroit qui sent la nature comme nulle part ailleurs. Une odeur d’herbe sèche et coupée. La nature est préservée, malgré la grandeur d’Austin’, confie-t-elle. Si son travail la conduit essentiellement à mettre sa vue à profit, Edie considère l’odorat comme ‘le plus important des cinq sens. Il a un impact direct sur notre mémoire. En grandissant, j’ai compris à quel point certaines odeurs avaient l’étrange pouvoir de me ramener en enfance et du même coup, de me rendre nostalgique. »

La féminité, la nostalgie, la vulnérabilité sont des thèmes qu’on retrouve disséminés dans son œuvre photographique. Quand elle ne prend pas des photos d’elle ou de ses amis face à la nature, Edie aime ‘montrer la vulnérabilité, la sensibilité inhérente à tout être humain. Lorsque je suis triste, j’ai tendance à prendre beaucoup d’autoportraits. C’est une démarche introspective et cathartique.’ En s‘exposant comme elle le fait, Edie conjure les sentiments contradictoires qui pourraient l’immobiliser, la submerger et souhaite transmettre au spectateur « la sensibilité cachée, tapie en chacun de nous que la société nous oblige à refouler. Au bout du compte, on finit par ne plus savoir qui on est. Et mon travail n’existerait pas si je ne m’étais pas révélée. En partie grâce à la psychologie. »

Cette Semaine

dans l'intimité des femmes photographes

La réalisatrice de documentaires Chelsea McMullan a suivi Harley Weir pour capturer son processus créatif : face caméra, elle nous parle de ses inspirations, sa vision de la photographie et des femmes qui l'inspirent. 

Lire la suite

en coulisses avec lucy hardcastle

Découvrez la vidéo de la réalisatrice Liza Mandelup, Making Codes, qui revient sur la genèse du projet de l'artiste numérique et directrice créative Lucy Hardcastle : Matière Sacrée. Avec la productrice acclamée Fatima Al Qadiri, l'artiste Chris Lee et une poignée d'artistes numériques à suivre absolument. 

Lire la suite

en coulisses avec la réalisatrice eva michon

L'industrie du cinéma vue par les réalisatrices qui se battent pour la diversité. 

Lire la suite

making exhibitions: behind the scenes

Découvrez les coulisses de Making Exhibitions, un film réalisé par Christine Yuan, cinéaste originaire de Los Angeles. Commencez par Just A Second, une exposition digitale commissionnée par Rebecca Lamarche-Vadel et inspirée parCHANEL Nº5 L'EAU et retrouvez de prestigieux acteurs et collectifs du monde de l’art : BUFU, Rozsa Farkas, Fatos Ustek, Angelina Dreem ou encore Yana Peel.

 

Lire la suite

rebecca lamarche-vadel présente
just a second

Rebecca Lamarche-Vadel est commissaire d’exposition au Palais de Tokyo à Paris. Elle organise des expositions à grande échelle où elle mêle installations, danse, sculpture, photographie et poésie. Pour The Fifth Sense, elle a créé une exposition numérique s’inspirant du pouvoir transformateur du parfum Nº 5 L’EAU de CHANEL

Lire la suite

le son de l’underground – rencontre avec les pionnières de la scène dance de Beyrouth

Dans ce qui était jadis un monde dominé par les hommes, la scène électro de la ville est désormais envahie par les femmes. Et c'est une très bonne nouvelle. 

Lire la suite

harriet horton, artiste taxidermiste

Fascinée par le pouvoir de subversion de la pratique taxidermiste, Harriet Horton entend bien renverser les stéréotypes qui collent à cette pratique. 

Lire la suite

nozomi iijima présente
les cinq paradoxes

Nozomi lijima, danseuse originaire d'Osaka, s'est inspirée de la complexité de CHANEL N°5 L'EAU. Son projet 5 Paradoxes, réalisé avec The Fifth Sense, en retranscrit la modernité et la sophistication atemporelles. 

Lire la suite

l’artiste jung lee fait des œuvres d'art avec vos secrets les mieux gardés

Les installations aux néons de l'artiste coréenne dévoilent les pensées qu'on tait trop souvent. Nous l'avons rencontrée pour en savoir plus sur sa démarche et son parcours. 

Lire la suite
Chargement...