comment le parfum a défini la nouvelle identité de rhyannon styles

L'auteure et mannequin britannique revient sur sa transition et invoque le pouvoir du parfum – le meilleur allié qui l'a fait devenir femme. 

L’odeur des bois, des champs de fraises, de la brioche faite maison de ma grand-mère et de l’herbe fraichement coupée me ramènent instinctivement à mon enfance. Celle des Benson & Hedges et de la mousse à raser Lynx Africa me renvoient aux vestiaires de sport du lycée. Celle du vinaigre, de l’eau de javel et du gel font remonter en moi les souvenirs des nightclubs aux côtés des drag queens du sud de Londres.

J’ai grandi dans l’Angleterre des nineties. À la naissance, on m’a donné le nom de Ryan. J’ai été élevé dans une société très à cheval sur les principes et les rôles qu’imposaient le genre masculin et le genre féminin. À cette époque, les garçons jouaient au foot dans leur coin de la cour, les filles faisaient le poirier adossées à l’un des murs. Tout (vraiment, tout) était genré – laissant de fait, très peu de place à l’entre-deux. En 2012, j’ai entamé mon processus de transition. Avant ça, je n’avais jamais vraiment considéré à quel point l’appartenance à un genre et l’odeur étaient intimement liés. Lorsqu’on se définit socialement comme une femme transsexuelle en transition, on s’aperçoit que tout autour de soi se métamorphose. 

Du temps où j’étais encore Ryan, j’avais droit, chaque noël, à l’incontournable coffret Axe. Depuis que je suis devenue Rhyannon, cette odeur m’est devenue irrespirable. Je me suis replongée dans les senteurs qui m’avaient émue, à la recherche de celle capable d’honorer ma nouvelle identité. L’odeur forge des identités.  

À la fin des années 1990, j’ai rencontré une fille en cours d’arts plastiques. Elle avait les cheveux rouges et portait ses robes par-dessus ses jeans. Je ne sais pas pourquoi mais son parfum sucré s’est imprimé dans ma tête. Elle s’appelait Jet et elle étudiait la mode : elle m’avait fait forte impression. 

A tel point que j’ai fini par me passionner pour tout ce qu’elle faisait, voyait, vivait. Nous sommes tombés amoureux. On déambulait ensemble, main dans la main dans les couloirs de l’école. Un cadenas scellait notre amour, une certaine idée du rock’n’roll dans la campagne anglaise. On faisait tout ensemble, on achetait les mêmes t-shirts délavés au centre commercial de Birmingham, feuilletait les mêmes magazines chez WH Smiths. Souvent, on se peignait les ongles en bleu pailleté. Bref, on était inséparables. La chambre de Jet était à l’image de sa personnalité exubérante. Outre les multiples illustrations de mode épinglées aux murs et les tissus couleur lila savamment posés sur ses lampes, une collection enivrante de flacons de parfums trônait sur sa coiffeuse. Parmi eux, celui en forme de buste féminin, recouvert d’un délicat tissu. Il renfermait une liqueur rose bonbon. Jet s’en aspergeait plusieurs fois par jour, laissant derrière elle un parfum qui embaumait l’air de la pièce, même après qu’elle en soit partie. J’étais sous le charme et pour en saisir toute la puissance, je m’aspergeais de cette fragrance, à loisir. Cette odeur était le symbole de notre relation, créative, joyeuse, insouciante. 

Cette odeur était le symbole de notre relation, créative, joyeuse, insouciante.

Un après-midi, alors que j’étais couché sur son lit et qu’elle me dévisageait d’une étrange façon, Jet s’est exclamée : ‘Tu n’es pas comme les autres garçons’. C’était un peu vrai, je n’avais pas grand chose à voir avec les autres garçons que je connaissais. Et je n’aspirais pas à leur ressembler. Aucun autre garçon ne portait un parfum aux effluves de rose. Aucun n’exhibait avec autant de fierté ses cheveux longs couleur aubergine. C’était justement ce qui avait intrigué Jet et main dans la main, nous avons exploré les multiples facettes et possibles de nos identités. Mais ce cocon ne nous suffisait plus. En réalité, Jet ne voulait pas d’un amoureux qui lui piquait son parfum – à ses yeux, c’était même légèrement repoussant.

Quand j’ai commencé à me transformer en Rhyannon à l’âge de 30 ans, j’ai repensé à ce premier amour. Jet était la première femme à m’avoir directement inspiré, influencé et sculpté la femme transgenre que je suis aujourd’hui. A travers mes relations amicales, amoureuses et mes idoles, je me suis identifiée à des femmes fortes, flamboyantes, indépendantes, fières et audacieuses. J’ai toujours misé sur la créativité, la force de l’imagination et l’exubérance. Ce sont ces traits de caractère qui ont forgé la femme que je suis devenue. 

J’ai très vite apprivoisé mon nouveau moi féminin et délibérément joué avec. Je marchais dans les rues d’Hackney vêtue d’un manteau rose bonbon oversized, parée de mon plus beau fard à paupières bleu et de mes cheveux longs très haut tirés. Cocasse s’il en était, j’espérais que mon nouveau look ferait trembler les fashionistas du East London. Malheureusement, j’ai récolté plus de regards suspicieux que je ne l’avais jamais expérimenté. Si j’étais encore incapable de me sentir tout à fait femme en surface, peut-être qu’un parfum bien choisi le pouvait ? C’est à cet instant que j’ai repensé à Jet : une odeur laisse un souvenir impérissable. Elle est la preuve et l’empreinte de la femme que vous êtes. Mais quelle empreinte voulais-je laisser ? Telle était la question. Je ne voulais pas sentir le soleil chaud, la brise marine ni l’herbe fraîche. Je n’avais pas la moindre envie de mentir en faisant croire que j’étais en phase avec la nature. Les odeurs m’évoquant la nature, l’organicité, la simplicité, m’ont toujours laissée indifférente. Au même titre que le parfum aérien des fleurs. 

Non. Ce que je voulais sentir, c’était l’imprimé léopard, les créoles dorées, l’architecture brutaliste, la pleine lune, le bruit et les illustrations de Jet épinglées au mur. Je voulais marquer le coup et me présenter au monde de cette manière. Je voulais qu’on se souvienne de moi, que notre rencontre soit inoubliable. 

J’ai erré pendant longtemps dans les parfumeries et les supermarchés, testant chacune des bouteilles de parfum disponible en rayons. Tant et si bien que j’en ai oublié le nombre d’orgasmes et de flirts olfactifs vécus durant cette période. Je déambulais fiévreusement dans tous les duty free de la capitale comme un rapace après sa proie. Mais sans jamais parvenir à approcher le flacon qui aurait encapsulé l’essence Rhyannon.

Après des mois d’essais et d’échecs passés à sniffer tout ce que j’avais à ma portée, j’ai fini par me retrouver face à une collection réduite de parfums singuliers dont chaque senteur m’évoquait à la fois mon identité et, du même coup, laissait derrière elle une sensation forte et présente. Chaque parfum de cette collection répondait à ma tenue du jour, au changement des saisons, à la femme que je désirais incarner pour la journée.

Grâce à Jet, je m’épanouis dans la réalisation de mes fantasmes adolescents. J’ai apprivoisé et donné un sens olfactif à l’opulence et l’audace que je souhaite incarner. Cet hommage à mon premier amour m’a permis d’épouser ce nouveau moi. Et je n'aurais jamais pensé que son odeur serait si douce. 

Cette Semaine

dans l'intimité des femmes photographes

La réalisatrice de documentaires Chelsea McMullan a suivi Harley Weir pour capturer son processus créatif : face caméra, elle nous parle de ses inspirations, sa vision de la photographie et des femmes qui l'inspirent. 

Lire la suite

en coulisses avec lucy hardcastle

Découvrez la vidéo de la réalisatrice Liza Mandelup, Making Codes, qui revient sur la genèse du projet de l'artiste numérique et directrice créative Lucy Hardcastle : Matière Sacrée. Avec la productrice acclamée Fatima Al Qadiri, l'artiste Chris Lee et une poignée d'artistes numériques à suivre absolument. 

Lire la suite

en coulisses avec la réalisatrice eva michon

L'industrie du cinéma vue par les réalisatrices qui se battent pour la diversité. 

Lire la suite

making exhibitions: behind the scenes

Découvrez les coulisses de Making Exhibitions, un film réalisé par Christine Yuan, cinéaste originaire de Los Angeles. Commencez par Just A Second, une exposition digitale commissionnée par Rebecca Lamarche-Vadel et inspirée parCHANEL Nº5 L'EAU et retrouvez de prestigieux acteurs et collectifs du monde de l’art : BUFU, Rozsa Farkas, Fatos Ustek, Angelina Dreem ou encore Yana Peel.

 

Lire la suite

rebecca lamarche-vadel présente
just a second

Rebecca Lamarche-Vadel est commissaire d’exposition au Palais de Tokyo à Paris. Elle organise des expositions à grande échelle où elle mêle installations, danse, sculpture, photographie et poésie. Pour The Fifth Sense, elle a créé une exposition numérique s’inspirant du pouvoir transformateur du parfum Nº 5 L’EAU de CHANEL

Lire la suite

le son de l’underground – rencontre avec les pionnières de la scène dance de Beyrouth

Dans ce qui était jadis un monde dominé par les hommes, la scène électro de la ville est désormais envahie par les femmes. Et c'est une très bonne nouvelle. 

Lire la suite

harriet horton, artiste taxidermiste

Fascinée par le pouvoir de subversion de la pratique taxidermiste, Harriet Horton entend bien renverser les stéréotypes qui collent à cette pratique. 

Lire la suite

nozomi iijima présente
les cinq paradoxes

Nozomi lijima, danseuse originaire d'Osaka, s'est inspirée de la complexité de CHANEL N°5 L'EAU. Son projet 5 Paradoxes, réalisé avec The Fifth Sense, en retranscrit la modernité et la sophistication atemporelles. 

Lire la suite

l’artiste jung lee fait des œuvres d'art avec vos secrets les mieux gardés

Les installations aux néons de l'artiste coréenne dévoilent les pensées qu'on tait trop souvent. Nous l'avons rencontrée pour en savoir plus sur sa démarche et son parcours. 

Lire la suite
Chargement...