une actrice, cinq sens : lola creton

La jeune actrice sacrée par les grandes dames du cinéma français prouve que la douceur sert aussi la force. 

Déjouer les lois de la gravité. Pour Corniche Kennedy, l'adaptation du roman éponyme de Maylis de Kerangal, Lola Creton interprète une adolescente en quête de sensations fortes. Avec sa bande, elle saute du haut des rochers qui bordent la cité phocéenne. Passée sous l'objectif des plus grandes dames du cinéma français (Breillat, Hansen-Love et Cabrera), la jeune actrice revient sur son parcours et évoque la puissance de l'instinct, ses premiers émois sur le plateau ou les souvenirs olfactifs qui l'inspirent et l'apaisent. Preuve que la douceur sert aussi la force. 

1

Le jeu n’est jamais une abstraction, une dénégation de soi

J’ai toujours su que je ferais du cinéma, je ne me suis jamais posé la question de ce que j’aurais fait autrement. Je ne saurais pas qualifier ce qui a déclenché cette envie... Si ce n’est mon tout premier film, où instantanément je me suis sentie bien, à l'aise et vivante sur le plateau. Au milieu des fils, des cables et des projecteurs, je savais que je ne trichais pas. J'étais moi-même. C’est une sensation paradoxale qui ne m'a jamais quittée. Et si je passe mon temps à transfuser des émotions aux personnages que j’interprète, il existe une partie de moi en chacun d'eux. 

2

Sur le tournage de Corniche Kennedy, j’ai compris à quel point j’avais peur du vide 

J'ai toujours aimé la sensation d'être au bord du précipice, des falaises ou des tours. Mais je n'avais jamais ressenti une telle peur de sauter dans la mer et du haut des rochers. Avec Dominique Cabrera, la réalisatrice, j'ai appris à conjurer mon angoisse du vide. C'est l'instinct qui m'a sauvé. Les Marseillais qui passent leur temps à sauter du haut de la Corniche m'ont mise en garde : si tu réfléchis, tu paniques et là, c'est foutu.

3

J’aime lire et dire les textes. La voix est un médium qui parvient à transmettre des émotions très fortes

J’ai joué au théâtre de l’Athénée et j'y interprétais le texte de Marguerite Duras, Un Barrage contre le Pacifique. C’était ma première expérience sur scène et j'ai dû travailler pour que ma voix porte. Les voix qui me touchent sont souvent celles qui ont du coffre, du vécu, de la gravité – comme celle d'Arno, par exemple. 

4

J'adorais mon arrière-grand mère, c'était une femme incroyable

Petite et lorsque j’étais avec elle, j’insistais pour qu’elle me montre comment elle enlevait son dentier. Chaque soir, après le diner, elle venait me chercher pour que je la regarde faire. C’était un rituel, un moment d’intimité très fort, un secret partagé entre elle et moi. L'odeur de la colle est indissociable de cette période de ma vie. Depuis, elle m'apaise et me rassure.  

5

Je suis moins sensible à la violence physique qu'à l'injustice 

Je suis quelqu’un de dur et la violence purement visuelle ne me dérange pas. En revanche, j'ai pleuré devant le dernier film de Kenneth Lonergan, Manchester By The Sea. Les histoires de famille qui dérapent ou l'injustice sociale me bouleversent au cinéma. 

Cette Semaine

dans l'intimité des femmes photographes

La réalisatrice de documentaires Chelsea McMullan a suivi Harley Weir pour capturer son processus créatif : face caméra, elle nous parle de ses inspirations, sa vision de la photographie et des femmes qui l'inspirent. 

Lire la suite

en coulisses avec lucy hardcastle

Découvrez la vidéo de la réalisatrice Liza Mandelup, Making Codes, qui revient sur la genèse du projet de l'artiste numérique et directrice créative Lucy Hardcastle : Matière Sacrée. Avec la productrice acclamée Fatima Al Qadiri, l'artiste Chris Lee et une poignée d'artistes numériques à suivre absolument. 

Lire la suite

en coulisses avec la réalisatrice eva michon

L'industrie du cinéma vue par les réalisatrices qui se battent pour la diversité. 

Lire la suite

making exhibitions: behind the scenes

Découvrez les coulisses de Making Exhibitions, un film réalisé par Christine Yuan, cinéaste originaire de Los Angeles. Commencez par Just A Second, une exposition digitale commissionnée par Rebecca Lamarche-Vadel et inspirée parCHANEL Nº5 L'EAU et retrouvez de prestigieux acteurs et collectifs du monde de l’art : BUFU, Rozsa Farkas, Fatos Ustek, Angelina Dreem ou encore Yana Peel.

 

Lire la suite

rebecca lamarche-vadel présente
just a second

Rebecca Lamarche-Vadel est commissaire d’exposition au Palais de Tokyo à Paris. Elle organise des expositions à grande échelle où elle mêle installations, danse, sculpture, photographie et poésie. Pour The Fifth Sense, elle a créé une exposition numérique s’inspirant du pouvoir transformateur du parfum Nº 5 L’EAU de CHANEL

Lire la suite

le son de l’underground – rencontre avec les pionnières de la scène dance de Beyrouth

Dans ce qui était jadis un monde dominé par les hommes, la scène électro de la ville est désormais envahie par les femmes. Et c'est une très bonne nouvelle. 

Lire la suite

harriet horton, artiste taxidermiste

Fascinée par le pouvoir de subversion de la pratique taxidermiste, Harriet Horton entend bien renverser les stéréotypes qui collent à cette pratique. 

Lire la suite

nozomi iijima présente
les cinq paradoxes

Nozomi lijima, danseuse originaire d'Osaka, s'est inspirée de la complexité de CHANEL N°5 L'EAU. Son projet 5 Paradoxes, réalisé avec The Fifth Sense, en retranscrit la modernité et la sophistication atemporelles. 

Lire la suite

l’artiste jung lee fait des œuvres d'art avec vos secrets les mieux gardés

Les installations aux néons de l'artiste coréenne dévoilent les pensées qu'on tait trop souvent. Nous l'avons rencontrée pour en savoir plus sur sa démarche et son parcours. 

Lire la suite
Chargement...