une artiste, cinq sens : apolonia sokol

À l’occasion de son exposition personnelle « Heartbreak Hotel » à Paris, l’artiste nous invite à pénétrer son univers décalé, sensuel et féministe.  

L’œuvre d’Apolonia Sokol est une véritable machine à remonter le temps. À travers ses portraits brossés à l’huile, la jeune artiste franco-polonaise tisse des liens entre Balthus et Hokusai, Whitney Houston et Salomé, ses proches et les inconnus qu’elle croise au détour d’une rue. Loin des poncifs passéistes qu’on pourrait lui prêter, Apolonia réunit les contraires et renverse les rapports hiérarchiques entre la pop et l’élitisme, le banal et l’idéal, le sacré et le profane au sein de ses toiles intimistes. À l’occasion de son exposition personnelle « Heartbreak Hotel» à la galerie Dutko à Paris, l’artiste nous invite à pénétrer son univers décalé, sensuel et féministe.  

1

J’aime les gens que je peins

J’ai besoin de les saisir avec passion, de les chérir avec tendresse. Ce n’est pas tant le modèle qui fait la beauté d’une peinture mais les émotions qui le traversent lorsqu’on le peint. Je voyage beaucoup pour aller à la rencontre des bonnes personnes, écouter leur histoire et transposer le désir et l’inquiétante étrangeté qu’ils m’évoquent. 

2

 Je veux peindre sans compromis

J’en suis boulimique, tel un prédateur. Didier Semin dit de moi que je suis carnivore et possédée…

3

La musique est mon autoroute vers la transe

Il me faut du temps pour entrer dans cet état de concentration que j'appelle "la zone" et la musique est mon autoroute vers la transe. Quand je peins, j’écoute tout en boucle, frénétiquement. J'ai un énorme respect pour les performeurs et les musiciens ; ils sont dans la transmission directe de leurs émotions. Qu'on parle d’abstraction sonore ou de pop music… Je pense à Steve Reich comme Whitney Houston ou Wagner. Ma meilleure amie est une chanteuse rnb incroyable, ses mots et ses "beats" m’inspirent au quotidien.

4

L'huile est un poison qui me submerge et me tourmente

L’odorat est un sens inhérent à mon processus créatif. Comme je ne peins qu’à l’huile, je suis constamment submergée par les effluves toxiques de térébenthine. C’est un poison qui tourmente mes sens, s’attaque à ma peau et mes cheveux. Mais je n’y renoncerais pour rien au monde.

5

J’aimerais que mon art survive à l'histoire, indépendamment de mon genre

J'aime les grands maîtres, morts comme vivants : Morandi, Balthus, Henry Taylor ou Elisabeth Peyton. L'art est un langage dont le vocabulaire fait en permanence dialoguer les temporalités et nous apprenons l’histoire occidentale à travers ses artistes et ses peintures. En tant que femme peintre, mon travail est de prendre soin des femmes et de la peinture. 

Cette Semaine

dans l'intimité des femmes photographes

La réalisatrice de documentaires Chelsea McMullan a suivi Harley Weir pour capturer son processus créatif : face caméra, elle nous parle de ses inspirations, sa vision de la photographie et des femmes qui l'inspirent. 

Lire la suite

en coulisses avec lucy hardcastle

Découvrez la vidéo de la réalisatrice Liza Mandelup, Making Codes, qui revient sur la genèse du projet de l'artiste numérique et directrice créative Lucy Hardcastle : Matière Sacrée. Avec la productrice acclamée Fatima Al Qadiri, l'artiste Chris Lee et une poignée d'artistes numériques à suivre absolument. 

Lire la suite

en coulisses avec la réalisatrice eva michon

L'industrie du cinéma vue par les réalisatrices qui se battent pour la diversité. 

Lire la suite

making exhibitions: behind the scenes

Découvrez les coulisses de Making Exhibitions, un film réalisé par Christine Yuan, cinéaste originaire de Los Angeles. Commencez par Just A Second, une exposition digitale commissionnée par Rebecca Lamarche-Vadel et inspirée parCHANEL Nº5 L'EAU et retrouvez de prestigieux acteurs et collectifs du monde de l’art : BUFU, Rozsa Farkas, Fatos Ustek, Angelina Dreem ou encore Yana Peel.

 

Lire la suite

rebecca lamarche-vadel présente
just a second

Rebecca Lamarche-Vadel est commissaire d’exposition au Palais de Tokyo à Paris. Elle organise des expositions à grande échelle où elle mêle installations, danse, sculpture, photographie et poésie. Pour The Fifth Sense, elle a créé une exposition numérique s’inspirant du pouvoir transformateur du parfum Nº 5 L’EAU de CHANEL

Lire la suite

le son de l’underground – rencontre avec les pionnières de la scène dance de Beyrouth

Dans ce qui était jadis un monde dominé par les hommes, la scène électro de la ville est désormais envahie par les femmes. Et c'est une très bonne nouvelle. 

Lire la suite

harriet horton, artiste taxidermiste

Fascinée par le pouvoir de subversion de la pratique taxidermiste, Harriet Horton entend bien renverser les stéréotypes qui collent à cette pratique. 

Lire la suite

nozomi iijima présente
les cinq paradoxes

Nozomi lijima, danseuse originaire d'Osaka, s'est inspirée de la complexité de CHANEL N°5 L'EAU. Son projet 5 Paradoxes, réalisé avec The Fifth Sense, en retranscrit la modernité et la sophistication atemporelles. 

Lire la suite

l’artiste jung lee fait des œuvres d'art avec vos secrets les mieux gardés

Les installations aux néons de l'artiste coréenne dévoilent les pensées qu'on tait trop souvent. Nous l'avons rencontrée pour en savoir plus sur sa démarche et son parcours. 

Lire la suite
Chargement...