une artiste, cinq sens : petite meller

Petite Meller est une pop star onirique avec un penchant bien trempé pour la philosophie, Proust et la physique quantique.

1

Je pars toujours des couleurs quand je crée 
Mes clips retranscrivent les émotions qui me traversent, chaque processus créatif s’apparente à un voyage dans mon inconscient et mon enfance. Chaque couleur m’évoque un épisode de mon existence passée. Pour mon clip, Barbaric, les tons virent sur l’orange et le bleu. Ce contraste visuel m’est familier, il me rappelle la palette d’une peinture de la Renaissance que mon grand-père possède.

2

Créer un nouvel univers à partir de mes souvenirs requiert et mobilise tous mes sens
J’étais étudiante en philosophie avant de me mettre à la musique. La théorie quantique de Stephen Hawking, les textes de Lacan et Deleuze m’ont permis d’appréhender autrement la musique. Ils m’inspirent des refrains. Enfant, je m’inventais des chansons pour me donner du courage. C’était mon univers à moi.

3

Il suffit que j’entende la mélodie d’un bongo ou d’une flûte mongole pour me replonger dans mon monde
Je m’inspire énormément du cinéma – des séquences me viennent quand j’écris mes paroles. Mes muses éternelles : Monica Vitti et Anita Ackerberg, pour leur folie quotidienne et contagieuse. C’est un mode de vie pour moi. Elles étaient drôles, avaient un avis sur tout. Leurs rêves dépassaient et transcendaient la réalité d’une époque.

4

Miles Davis a dit un jour “Si tu savais tout de moi, tu serais moi” 
Je pense pour ma part qu’il faut porter son passé avec fierté. C’est en ces mots que je définirais mon esthétique. J’ai écrit ma chanson Backpack à l’intention de ceux qui critiquent ouvertement mon style musical – ou se moquent de moi. Je n’ai jamais compris la méchanceté du monde mais je l’accepte.

5

Quand je danse, les souvenirs me reviennent : la danse est ma madeleine de Proust
Dans son livre, "À la recherche du temps perdu”, l’écrivain embarque le lecteur dans un voyage à travers les méandres de sa conscience. C’est ce que j’essaie de faire dans mes clips. Pour mon titre, Baby Love, je chante, "Love, You don't know what that means". (Tu ne sais pas ce qu’est l’amour). Je souhaite présenter au monde ma vision personnelle de l’amour : embrasser une girafe, jouer les flamants roses. Être en phase avec soi-même.

Cette Semaine

dans l'intimité des femmes photographes

La réalisatrice de documentaires Chelsea McMullan a suivi Harley Weir pour capturer son processus créatif : face caméra, elle nous parle de ses inspirations, sa vision de la photographie et des femmes qui l'inspirent. 

Lire la suite

en coulisses avec lucy hardcastle

Découvrez la vidéo de la réalisatrice Liza Mandelup, Making Codes, qui revient sur la genèse du projet de l'artiste numérique et directrice créative Lucy Hardcastle : Matière Sacrée. Avec la productrice acclamée Fatima Al Qadiri, l'artiste Chris Lee et une poignée d'artistes numériques à suivre absolument. 

Lire la suite

en coulisses avec la réalisatrice eva michon

L'industrie du cinéma vue par les réalisatrices qui se battent pour la diversité. 

Lire la suite

making exhibitions: behind the scenes

Découvrez les coulisses de Making Exhibitions, un film réalisé par Christine Yuan, cinéaste originaire de Los Angeles. Commencez par Just A Second, une exposition digitale commissionnée par Rebecca Lamarche-Vadel et inspirée parCHANEL Nº5 L'EAU et retrouvez de prestigieux acteurs et collectifs du monde de l’art : BUFU, Rozsa Farkas, Fatos Ustek, Angelina Dreem ou encore Yana Peel.

 

Lire la suite

rebecca lamarche-vadel présente
just a second

Rebecca Lamarche-Vadel est commissaire d’exposition au Palais de Tokyo à Paris. Elle organise des expositions à grande échelle où elle mêle installations, danse, sculpture, photographie et poésie. Pour The Fifth Sense, elle a créé une exposition numérique s’inspirant du pouvoir transformateur du parfum Nº 5 L’EAU de CHANEL

Lire la suite

le son de l’underground – rencontre avec les pionnières de la scène dance de Beyrouth

Dans ce qui était jadis un monde dominé par les hommes, la scène électro de la ville est désormais envahie par les femmes. Et c'est une très bonne nouvelle. 

Lire la suite

harriet horton, artiste taxidermiste

Fascinée par le pouvoir de subversion de la pratique taxidermiste, Harriet Horton entend bien renverser les stéréotypes qui collent à cette pratique. 

Lire la suite

nozomi iijima présente
les cinq paradoxes

Nozomi lijima, danseuse originaire d'Osaka, s'est inspirée de la complexité de CHANEL N°5 L'EAU. Son projet 5 Paradoxes, réalisé avec The Fifth Sense, en retranscrit la modernité et la sophistication atemporelles. 

Lire la suite

l’artiste jung lee fait des œuvres d'art avec vos secrets les mieux gardés

Les installations aux néons de l'artiste coréenne dévoilent les pensées qu'on tait trop souvent. Nous l'avons rencontrée pour en savoir plus sur sa démarche et son parcours. 

Lire la suite
Chargement...