une artiste, cinq sens : régina demina

Comédienne, danseuse et vidéaste, l'artiste originaire de Russie revient sur ses derniers projets et partage ses inspirations.

Régina a quitté son Kaliningrad natal à l'âge de 4 ans pour rejoindre la capitale française. Deux villes, deux cultures, dont la danseuse et actrice de formation s'imprègne pour façonner l'esthétique onirique qui parcoure ses court-métrages, distille ses installations performatives pour mieux bousculer les sens du spectateur. Diplômée du Studio Le Fresnoy, Régina y expose sa dernière installation/performance sensorielle, ALMA, jusqu'au 31 décembre. Une excellente raison de revenir avec elle sur ce qui l'inspire au quotidien. 

1

Le silence m'aide à retranscrire la complexité des tensions amoureuses

Dans mes films, le silence est en fait assez bavard : lorsqu’il s’installe, il met en lumière les tensions amoureuses et érotiques qui lient mes personnages. Mes histoires racontent des amours déçus, contrariés ou distanciés. Si les dialogues sont rares, c’est que je préfère laisser parler les corps, les émotions et les regards.

2

J’ai une certaine obsession du noir 

J’aime qu’il soit dense et s'empare de l’écran, à l'image des maîtres du romantisme noir dont je m'inspire. Je mêle le noir à des teintes délicates, veloutées et embrumées pour adoucir la violence de mon scénario. Ma colorimétrie flirte avec l’onirisme, mes films glissent vers l’irréel et mes personnages sont sous influence. Je chercher à recréer, à travers mes films, un espace mental imaginaire et délirant.  

3

L’odeur du tabac mêlée au parfum du chewing-gum à la menthe me ramènent instantanément en enfance

Elle me rappelle mon grand frère à l’adolescence. Encore aujourd’hui, j’aime emprunter les sweatshirts de mes amis. Je retombe en enfance et renoue avec mes souvenirs. 

4

La danse m'entraîne à ne plus penser à rien 

J'ai tendance à trop penser au temps qui passe. Quand je danse ou quand je joue, mes émotions sont brutes, spontanées, libérées de tout espace-temps défini. En dansant, j'ai l'impression d'échapper à la réalité. 

5

Dans mes oeuvres, les objets sont vivants

Ma dernière pièce est une hybridation de genres et de médiums : performance, fiction sonore, installation. Alma est une voiture inanimée qui s'éveille à la nuit tombée. Son personnage éponyme est placé au cœur d’un groupe où elle vit un amour avorté. Elle évolue dans l’univers white-trash du tuning, une pratique « passionnée et stigmatisée». Une partie de la pièce se déroule dans le noir complet, afin d’effacer le maximum de repère visuel. Alors que la voiture-sculpture tunée personnifie Alma et ses rapports aux autres, le son dessine un espace qui s’identifie au paysage mental d’Alma.

                                                              Régina Demina

Cette Semaine

dans l'intimité des femmes photographes

La réalisatrice de documentaires Chelsea McMullan a suivi Harley Weir pour capturer son processus créatif : face caméra, elle nous parle de ses inspirations, sa vision de la photographie et des femmes qui l'inspirent. 

Lire la suite

en coulisses avec lucy hardcastle

Découvrez la vidéo de la réalisatrice Liza Mandelup, Making Codes, qui revient sur la genèse du projet de l'artiste numérique et directrice créative Lucy Hardcastle : Matière Sacrée. Avec la productrice acclamée Fatima Al Qadiri, l'artiste Chris Lee et une poignée d'artistes numériques à suivre absolument. 

Lire la suite

en coulisses avec la réalisatrice eva michon

L'industrie du cinéma vue par les réalisatrices qui se battent pour la diversité. 

Lire la suite

making exhibitions: behind the scenes

Découvrez les coulisses de Making Exhibitions, un film réalisé par Christine Yuan, cinéaste originaire de Los Angeles. Commencez par Just A Second, une exposition digitale commissionnée par Rebecca Lamarche-Vadel et inspirée parCHANEL Nº5 L'EAU et retrouvez de prestigieux acteurs et collectifs du monde de l’art : BUFU, Rozsa Farkas, Fatos Ustek, Angelina Dreem ou encore Yana Peel.

 

Lire la suite

rebecca lamarche-vadel présente
just a second

Rebecca Lamarche-Vadel est commissaire d’exposition au Palais de Tokyo à Paris. Elle organise des expositions à grande échelle où elle mêle installations, danse, sculpture, photographie et poésie. Pour The Fifth Sense, elle a créé une exposition numérique s’inspirant du pouvoir transformateur du parfum Nº 5 L’EAU de CHANEL

Lire la suite

le son de l’underground – rencontre avec les pionnières de la scène dance de Beyrouth

Dans ce qui était jadis un monde dominé par les hommes, la scène électro de la ville est désormais envahie par les femmes. Et c'est une très bonne nouvelle. 

Lire la suite

harriet horton, artiste taxidermiste

Fascinée par le pouvoir de subversion de la pratique taxidermiste, Harriet Horton entend bien renverser les stéréotypes qui collent à cette pratique. 

Lire la suite

nozomi iijima présente
les cinq paradoxes

Nozomi lijima, danseuse originaire d'Osaka, s'est inspirée de la complexité de CHANEL N°5 L'EAU. Son projet 5 Paradoxes, réalisé avec The Fifth Sense, en retranscrit la modernité et la sophistication atemporelles. 

Lire la suite

l’artiste jung lee fait des œuvres d'art avec vos secrets les mieux gardés

Les installations aux néons de l'artiste coréenne dévoilent les pensées qu'on tait trop souvent. Nous l'avons rencontrée pour en savoir plus sur sa démarche et son parcours. 

Lire la suite
Chargement...