une skateuse, cinq sens : daphne greca

Rencontre avec la jeune rideuse qui a troqué les plages de sa Grèce natale contre les skateparks de Brixton. 

Daphne Greca, 26 ans, est l’une des skateuses les plus intrépides de sa génération. Désormais à la tête du skate shop Baddest, à Brixton, Daphne a quitté son Athènes natal à l’âge de 17 ans pour étudier la photo à Londres. Mais très vite, elle s’est découvert une passion pour les hill flips et les 360, s’est empressée de squatter les skateparks de sa ville adoptive pour y grinder en toute liberté. Avec une seule ambition en tête : créer l’un des premiers skate shops de son nouveau quartier. « Si la pratique du skateboard connaît aujourd’hui sa plus belle ascension, il est primordial d’offrir des espaces dédiés à celle-ci. Je pense que les gens devraient se concentrer sur le local, participer à la vie de quartier. Le skateboard est une communauté, il est essentiel qu’elle vive plus fort ! » Nous l’avons rencontrée pour retracer son parcours et ses inspirations quotidiennes. 

1

Je suis tombée amoureuse du skate adolescente

À l’époque, je vivais encore à Soho, à Londres et une amie skateuse m’a proposée de l’accompagner. Aussitôt montée sur sa planche, j’ai ressenti une grande liberté. Quand on démarre le skate à cet âge, on ne pense pas à l’après. On célèbre l’instant présent. Le skate m’a permis de m’émanciper de mes propres carcans. 

2

Le skateboard me procure des sensations très contradictoires 

La pratique du skate est un exercice de méditation – seul l’instant présent compte, il faut le chérir et l’honorer. Lorsqu’on attend rien du skate, cette pratique se révèle très salvateur. On en a des papillons dans le ventre. Mais en progressant, on découvre également la chute, la déception, la hantise de remonter sur la planche. 

3

Le bruit des vagues qui se cognent contre la côte me replonge en enfance  

J’ai grandi au large de la mer Egée, entre la péninsule grecque et l’Anatolie. Je passais mon temps à scruter le bleu du ciel et de la mer avec cette impression de vivre l’éternité, loin de tout et hors du temps. 

4

La féminité rime avec force. C’est l’art de séduire et le pouvoir de renouer avec la nature.

Le passage de l’enfance à l’âge adulte est un drôle de périple qui se double de merveilleux. Surtout lorsqu’on a la chance d’être l’égale de tous les hommes. 

5

Karthea, une petite plage sur l’île de Kea, est mon refuge

Un amphithéâtre antique, deux temples des dieux et une petite église magnifient ce lieu. On n’y accède qu’à pieds, après des heures de marche. Ces vestiges ont été bâtis en 1200 avant Jésus-Christ. Le marbre a été poli par les siècles et l’histoire de ceux qui l’ont foulé. Le passé, le présent et le futur s’assemblent quand on pénètre ces lieux. L’énergie qui s’y déploie est très puissante.  

Cette Semaine

dans l'intimité des femmes photographes

La réalisatrice de documentaires Chelsea McMullan a suivi Harley Weir pour capturer son processus créatif : face caméra, elle nous parle de ses inspirations, sa vision de la photographie et des femmes qui l'inspirent. 

Lire la suite

en coulisses avec lucy hardcastle

Découvrez la vidéo de la réalisatrice Liza Mandelup, Making Codes, qui revient sur la genèse du projet de l'artiste numérique et directrice créative Lucy Hardcastle : Matière Sacrée. Avec la productrice acclamée Fatima Al Qadiri, l'artiste Chris Lee et une poignée d'artistes numériques à suivre absolument. 

Lire la suite

en coulisses avec la réalisatrice eva michon

L'industrie du cinéma vue par les réalisatrices qui se battent pour la diversité. 

Lire la suite

making exhibitions: behind the scenes

Découvrez les coulisses de Making Exhibitions, un film réalisé par Christine Yuan, cinéaste originaire de Los Angeles. Commencez par Just A Second, une exposition digitale commissionnée par Rebecca Lamarche-Vadel et inspirée parCHANEL Nº5 L'EAU et retrouvez de prestigieux acteurs et collectifs du monde de l’art : BUFU, Rozsa Farkas, Fatos Ustek, Angelina Dreem ou encore Yana Peel.

 

Lire la suite

rebecca lamarche-vadel présente
just a second

Rebecca Lamarche-Vadel est commissaire d’exposition au Palais de Tokyo à Paris. Elle organise des expositions à grande échelle où elle mêle installations, danse, sculpture, photographie et poésie. Pour The Fifth Sense, elle a créé une exposition numérique s’inspirant du pouvoir transformateur du parfum Nº 5 L’EAU de CHANEL

Lire la suite

le son de l’underground – rencontre avec les pionnières de la scène dance de Beyrouth

Dans ce qui était jadis un monde dominé par les hommes, la scène électro de la ville est désormais envahie par les femmes. Et c'est une très bonne nouvelle. 

Lire la suite

harriet horton, artiste taxidermiste

Fascinée par le pouvoir de subversion de la pratique taxidermiste, Harriet Horton entend bien renverser les stéréotypes qui collent à cette pratique. 

Lire la suite

nozomi iijima présente
les cinq paradoxes

Nozomi lijima, danseuse originaire d'Osaka, s'est inspirée de la complexité de CHANEL N°5 L'EAU. Son projet 5 Paradoxes, réalisé avec The Fifth Sense, en retranscrit la modernité et la sophistication atemporelles. 

Lire la suite

l’artiste jung lee fait des œuvres d'art avec vos secrets les mieux gardés

Les installations aux néons de l'artiste coréenne dévoilent les pensées qu'on tait trop souvent. Nous l'avons rencontrée pour en savoir plus sur sa démarche et son parcours. 

Lire la suite
Chargement...